. ©Maxppp - Patrick Lefevre / BELPRESS
. ©Maxppp - Patrick Lefevre / BELPRESS
. ©Maxppp - Patrick Lefevre / BELPRESS
Publicité
Résumé

En cette fin d’année et tandis que l’OMS s’inquiète d’un "tsunami" suite à l’augmentation du nombre d’infections du au variant Omicron dans le monde, voilà que l’Afrique du Sud se retrouve porteuse d’une bonne nouvelle.

avec :

Emmanuel Négrier (Directeur de recherche CNRS en science politique au CEPEL (Centre d’Etudes Politiques de l’Europe latine) à l’Université de Montpellier).

En savoir plus

Le monde s'apprête donc à entamer en 2022 une troisième année de pandémie, alors que les contaminations explosent mais que de timides signes d'espoir apparaissent. C'est ainsi, par exemple, que l'Afrique du Sud a annoncé hier avoir passé le pic de la vague Omicron, sans observer de hausse importante du nombre de décès. Après être monté en flèche quatre semaines durant, le nombre de cas a diminué, dégringolant de 30 %, pour s’établir à moins de 11 500 cas par jour. Toujours selon la présidence et bien que le variant Omicron soit hautement transmissible, les taux d'hospitalisations ont même été moins nombreux que lors des vagues précédentes. De quoi offrir un peu plus de libertés aux Sud-Africains, à quelques heures seulement du réveillon.

.
.
© AFP - Valentina BRESCHI, Kenan AUGEARD

Les autres titres de l'actualité

En France, Omicron est désormais majoritaire, même s'il semble très difficile d’avoir une vue précise de la circulation du variant.

Publicité

Le facteur crucial reste toujours le même depuis bientôt deux ans : jusqu'à quel point l'envol des contaminations se traduira par une augmentation ou non du nombre d'hospitalisations ? Ce matin, dans une interview au journal Les Échos, le patron de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris, Martin Hirsch, déclare n'avoir aucune certitude sur la capacité à "éviter un débordement incontrôlé".

La crise sanitaire et ses conséquences en particulier sur le secteur de la culture. Quel bilan dresser pour cette année 2021 ? L'invité de la rédaction : Emmanuel Négrier, directeur de recherche CNRS au Centre d’Etudes Politiques Et Sociales de l’Université de Montpellier.

"Nous sommes dans une situation extrêmement complexe, avec en plus un grand ennemi, peut-être mortel, qui pointe son nez : le canapé. Avec le transfert d'une partie significative des pratiques culturelles vers une consommation à distance qui ne satisfait finalement personne."

7 min

Le coût pour la culture, pour le secteur culturel et en particulier pour le spectacle vivant et la musique est un coût exorbitant. Il n'est pas que financier d'ailleurs. Il s'agit aussi d'un secteur massivement non lucratif dans sa manière de fonctionner et qui court après un système hybride de financement (subventions, dotations privées, participation des publics). Et aujourd'hui, la question de repenser le spectacle vivant est au centre des angoisses réflexives du milieu culturel. Parce que toutes les voies envisagées, notamment de transfert d'une partie de l'offre culturelle sur les réseaux, par des plateformes numériques, par des formes distancielles de spectacles, ont été globalement vécues sur le mode de l'expérimentation mais aussi de l'ersatz par rapport à ce qu'est une expérience culturelle complète. C'est aussi valable pour les offreurs de culture que pour ceux qui la pratique. Et enfin, sur le plan économique, cela entraîne des coûts tout à fait considérables.

39 min

En Allemagne, la sortie programmée du nucléaire approche à grands pas. Aujourd’hui, trois des six derniers réacteurs en activité vont fermer définitivement.  

Au Soudan, les forces de sécurité poursuivent leur répression tous azimuts. Au moins 4 personnes ont été tuées hier lors d'une journée de manifestation qui a réuni plusieurs milliers de personnes dans les rues de la capitale.