Le président de la République, Emmanuel Macron
Le président de la République, Emmanuel Macron
Le président de la République, Emmanuel Macron ©AFP - EMMANUEL MACRON/TWITTER
Le président de la République, Emmanuel Macron ©AFP - EMMANUEL MACRON/TWITTER
Le président de la République, Emmanuel Macron ©AFP - EMMANUEL MACRON/TWITTER
Publicité
Résumé

L'exécutif a présenté, ce matin, un projet de loi destiné à repousser la sortie de l'état d'urgence sanitaire.

En savoir plus

Alors qu'un Conseil de défense sanitaire se tenait, ce matin, sans pour autant qu'aucune décision ne soit annoncé officiellement, ainsi que le veut la règle, nécessairement les spéculations vont à nouveau bon train : le gouvernement va-t-il décider de nouvelles mesures pour contenir la hausse des contaminations en France et affronter, notamment, sa variante la plus contagieuse ? Tout juste connaît-on les recommandations adressées, hier soir, au gouvernement par le Conseil scientifique. Et, en particulier, celle de ne pas fermer les écoles. Par ailleurs, son président, Jean-François Delfraissy, estime que les choses iront mieux au printemps, dit-il, et devraient s'améliorer, réellement, à la fin de l'été.    

Or voilà que ce matin, en Conseil des ministres cette fois-ci, un projet de loi a été présenté pour repousser la sortie de l'état d'urgence sanitaire du 16 février jusqu'en juin prochain. Rappelons que cet état d'exception permet de faire face à la crise en autorisant le gouvernement à prendre des mesures de restrictions des libertés comme, par exemple, le confinement ou le port du masque obligatoire. Seulement voilà, compte-tenu des dernières projections du Conseil scientifique, si cette prolongation pouvait apparaître justifiée pour quelques semaines supplémentaires, en revanche, pour plusieurs mois encore, il semble que cela soit nettement plus contestable.

Publicité

Les autres titres de l'actualité

Face à la multiplication des variants du virus, le Conseil scientifique juge opportun de "restreindre de façon drastique" nos relations avec La Réunion et Mayotte, en raison de leurs liens avec l'Afrique du Sud.

Quand la majorité cherche à contredire les critiques de l'opposition sur la faiblesse du bilan de la Macronie. Emmanuel Macron a décidé de mobiliser aujourd'hui l'ensemble du gouvernement autour d'une série de réformes qui, malgré le poids écrasant de la crise du Covid-19, doivent marquer la dernière année que le chef de l'Etat veut "utile" avant la présidentielle de 2022.

La banque de France a publié, ce matin, les chiffres du mois de novembre pour les défaillances d’entreprise. Les faillites ont diminué de 36%, par rapport à la même période l'année précédente.

Le dirigeant d'une Eglise controversée a été blanchi, ce matin, par la justice sud-coréenne, qui l'accusait d'avoir entravé les efforts du gouvernement contre le coronavirus lors de la première vague épidémique.

Le plus grand procès anti-mafia depuis plus de 30 ans s'est ouvert, ce matin, en Italie.  

Accusé par les démocrates d'avoir "incité à l'insurrection", c'est un Donald Trump combatif, qui affrontera, aujourd'hui, une deuxième procédure historique d'"impeachment".   

Invité de la rédaction : François Durpaire, historien des États-Unis.

En Centrafrique, les rebelles à l'offensive contre le régime du président réélu ont mené pour la première fois, aujourd'hui, deux attaques aux portes de la capitale contre l'armée et les Casques bleus.   

Références

L'équipe

Nicolas Pommé
Collaboration
Thomas Cluzel
Journaliste
Mathieu Laurent
Journaliste