Un enfant chrétien devant des bougies allumées en hommage aux victimes des explosions au Sri-Lanka
Un enfant chrétien devant des bougies allumées en hommage aux victimes des explosions au Sri-Lanka
Un enfant chrétien devant des bougies allumées en hommage aux victimes des explosions au Sri-Lanka ©AFP - RIZWAN TABASSUM
Un enfant chrétien devant des bougies allumées en hommage aux victimes des explosions au Sri-Lanka ©AFP - RIZWAN TABASSUM
Un enfant chrétien devant des bougies allumées en hommage aux victimes des explosions au Sri-Lanka ©AFP - RIZWAN TABASSUM
Publicité
Résumé

Au lendemain des attentats qui ont fait 290 morts au Sri Lanka, les autorités ont déclaré l'état d'urgence. Le gouvernement annonce, par ailleurs, qu'un mouvement islamiste local serait à l'origine de ces attaques suicides.

En savoir plus

Les scènes de carnage, hier, ont éveillé des souvenirs traumatique que le Sri Lanka, meurtri par trois décennies de guerre civile avec les séparatistes Tamouls, espérait pourtant avoir définitivement abandonné derrière lui. Même si les tensions inter-religieuses et plus encore ethniques restaient fortes, jamais l'île d'Asie du Sud Est n'avait connu un tel déchaînement de violences. Les attentats coordonnés qui ont frappé plusieurs catholiques en pleine messe de Pâques mais aussi des hôtels de luxe de la capitale, Colombo, ont fait au moins 290 morts et 500 blessés.

Et puis si les attentats d'hier ont de nouveau replongé l'île dans le cauchemar de la violence, ils suscitent aussi de très nombreuses questions. Ce matin, le gouvernement a annoncé qu'un mouvement islamiste local pourrait être derrière ces attentats. Pour autant, il n'y a toujours pas eu de revendication. 

Publicité

Les autres titres de l'actualité

Cinq ans après la révolution pro-occidentale du Maïdan, les Ukrainiens ont élu triomphalement hier à la tête de leur pays un comédien et humoriste totalement novice en politique : Volodymyr Zelensky.

A l'occasion de cette 23ème journée de mobilisation des "Gilets jaunes", samedi, deux reporters indépendants ont été placés en garde à vue. Reporters sans frontières dénoncent des atteintes à la liberté d’informer.

Emmanuel Macron annoncera jeudi ces réponses au Grand Débat National. A cette occasion, il pourrait proposer la tenue d'une "conférence sociale et environnementale" pour sortir de la crise.

Références

L'équipe

Thomas Cluzel
Journaliste
Mathieu Laurent
Journaliste