Le maréchal Haftar, l'homme fort de l'Est libyen
Le maréchal Haftar, l'homme fort de l'Est libyen
Le maréchal Haftar, l'homme fort de l'Est libyen ©AFP - ABDULLAH DOMA
Le maréchal Haftar, l'homme fort de l'Est libyen ©AFP - ABDULLAH DOMA
Le maréchal Haftar, l'homme fort de l'Est libyen ©AFP - ABDULLAH DOMA
Publicité
Résumé

En Libye, les forces alliées au gouvernement ont repoussé ce matin des combattants rivaux engagés dans une offensive pour prendre la capitale Tripoli. Des affrontements susceptibles de replonger le pays dans un nouveau conflit.

avec :

Françoise Barré-Sinoussi (Virologue, Professeur à l'Institut Pasteur, directrice de recherches Inserm et Prix Nobel 2008).

En savoir plus

Le maréchal Haftar vient-il de déclarer la guerre à Tripoli ? Hier, l'homme fort de l'est libyen a ordonné à ses forces d’avancer en direction de la capitale, siège du gouvernement d’union nationale reconnu par la communauté internationale. Des pick-up armés de canons antiaériens et des hommes en uniforme ont pris position sur un barrage de sécurité à une trentaine de kilomètres de Tripoli. De son côté, le gouvernement du Premier ministre a ordonné à ses forces de se mobiliser et a approuvé le recours éventuel à des frappes aériennes pour contrer toute offensive. De quoi susciter, quoi qu'il en soit, de fortes craintes d’un possible embrasement militaire. Précisons, par ailleurs, que cette montée soudaine des tensions intervient, en réalité, au deuxième jour de la visite, dans le pays, du secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, lequel espère encore tracer une feuille de route pour de nouvelles élections. Dès-lors, faut-il en déduire que ce coup de force surprise du maréchal septuagénaire s'apparente, au fond, à un pari ? L'ultime occasion, pour lui, d'émerger comme le prochain homme fort de la Libye ?

© AFP - Sophie Ramis, Gal Roma

Les autres titres de l'actualité

Abdelaziz Bouteflika parti, les Algériens n'entendent pas pour autant se satisfaire de ce qu'ils jugent comme une demie-victoire. Ils manifesteront à nouveau en masse ce vendredi, pour la septième semaine consécutive, afin d'empêcher les anciens fidèles du président déchu de gérer la transition.   

Publicité

Et une nouvelle date de plus à l'agenda décidément flottant du Brexit. Ce matin, dans une lettre adressée au président du Conseil européen, Donald Tusk, la Première ministre britannique Theresa May, a demandé un report de la sortie de son pays jusqu'au 30 juin. De son côté, le même Donald Tusk, aurait lui suggéré un report "flexible" allant jusqu'à 12 mois.   

Le président Emmanuel Macron doit dévoiler aujourd'hui la composition du "groupe de chercheurs" chargés de faire la lumière sur l'engagement de la France au Rwanda, durant la période du génocide. Une commission d’ores et déjà très critiquée dans le monde universitaire.  

Ils étaient douze têtes de liste à la télévision, hier soir, pour débattre dans la perspective des élections européennes du 26 mai. Des échanges qui auront surtout mis en lumière des guerres fratricides.

Invitée de la rédaction, à l'occasion des 25 ans du Sidaction : Françoise Barré-Sinoussi, Prix Nobel de médecine et co-découvreuse du virus du Sida.