La ministre de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation Frédérique Vidal (g) et le ministre de l'éducation et de la jeunesse Jean-Michel Blanquer (d) ©AFP
La ministre de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation Frédérique Vidal (g) et le ministre de l'éducation et de la jeunesse Jean-Michel Blanquer (d) ©AFP
La ministre de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation Frédérique Vidal (g) et le ministre de l'éducation et de la jeunesse Jean-Michel Blanquer (d) ©AFP
Publicité
Résumé

Le CNRS a-t-il vocation à devenir une police politique ? Les présidents d'université ne décolèrent pas après que la ministre de l'Enseignement supérieur a créé la polémique, hier, en parlant d'"islamo gauchisme" dans les universités.

En savoir plus

C'est un néologisme né il y a une vingtaine d'années, sur lequel plus personne ne semble aujourd'hui s'accorder et qui pourtant a pris décidément une place de choix dans le débat public : "Islamo-gauchisme". Ou comment désigner une convergence entre intégristes musulmans d'un côté et groupes d’extrême gauche de l'autre, à la faveur d’ennemis communs. Toujours est-il que ce vocable flou s'est depuis transformé en invective, tant il symbolise désormais une ligne de fracture politique. Autant dire qu'il n'en fallait pas davantage pour lancer la polémique après que la ministre de l’enseignement supérieur, Frédérique Vidal, a confirmé, hier, à l'Assemblée avoir chargé le CNRS de mener une étude scientifique sur «l’islamo-gauchisme» à l’université.  Aussitôt, la Conférence des présidents d'université a dénoncé une nouvelle polémique stérile.

Les autres titres de l'actualité

Un amendement surprise a été déposé hier par l'exécutif, sur le vote par anticipation lors de la prochaine présidentielle.  Rejetée dès ce matin en commission des Lois, la proposition sera encore soumise, demain, au vote des sénateurs.  

Publicité

Une prouesse à même de redonner de l'espoir. Pour la première fois, en France, un bébé est né à la suite d'une greffe d'utérus dont avait bénéficié sa mère.  

Les indépendantistes ont remporté aujourd'hui la majorité au gouvernement collégial de Nouvelle-Calédonie. Ça n'était pas arrivé depuis le début de l'accord de Nouméa. 

Invité de la rédaction : Jean-Jacques Urvoas, ancien Garde des Sceaux. 

Jean-Jacques Urvoas : "Il y a beaucoup d'armes en Nouvelle Calédonie et il faut beaucoup de sérennité et de responsabilité pour que ça ne dérape pas".

5 min

La cour d'appel de Paris se penche, cet après-midi, sur le dossier d'une jeune femme violée dans son enfance et qui attaque l'Etat pour déni de justice et faute lourde.

En Birmanie, des dizaines de milliers de manifestants sont à nouveau descendus dans la rue, malgré la répression de la junte.  

Un énième rapt massif au Nigéria, où des centaines d'élèves et plusieurs de leurs professeurs ont été enlevés, la nuit dernière, par des hommes armés.

Références

L'équipe

Nicolas Pommé
Collaboration
Thomas Cluzel
Journaliste
Mathieu Laurent
Journaliste