Les télévisés vœux d'Emmanuel Macron le 31 décembre 2017
Les télévisés vœux d'Emmanuel Macron le 31 décembre 2017
Les télévisés vœux d'Emmanuel Macron le 31 décembre 2017 ©Maxppp - Aurélien Morissard
Les télévisés vœux d'Emmanuel Macron le 31 décembre 2017 ©Maxppp - Aurélien Morissard
Les télévisés vœux d'Emmanuel Macron le 31 décembre 2017 ©Maxppp - Aurélien Morissard
Publicité
Résumé

En prononçant dimanche soir les premiers voeux télévisés aux Français de son quinquennat, Emmanuel Macron a mis l'accent sur la nécessité de renforcer la cohésion nationale, les valeurs et le destin collectif français... tout en lançant un appel à la citoyenneté européenne.

avec :

Bruno Cautrès (politiste, chercheur CNRS au Cevipof, professeur à Sciences Po Paris).

En savoir plus

La "renaissance française", l'indispensable "cohésion nationale" et un "humanisme" qui doit aussi être "efficace" : voilà pour les grands mots, prononcés hier par Emmanuel Macron pour les premiers vœux aux Français de son quinquennat. Au-delà des mots, nous allons consacrer à leur décryptage une bonne partie de cette édition avec Stéphane Robert et Sophie Delpont du service politique de France Culture, et avec notre invité le politologue Bruno Cautrès. 

Vœu de solidarité et d'accueil des plus fragiles, au cœur cette fois de l'homélie du Pape François, en ce premier jour de 2018. Nous y reviendrons avec Olivier Tosseri, au Vatican.  

Publicité

Le Pape François qui se garde bien d'évoquer la situation en République démocratique du Congo, où l'église catholique est pourtant en première ligne dans les manifestations contre le président Joseph Kabila. Des cortèges qui partent des églises, des prêtres et des ernfants de chœur interpellés : un mélange des genres que nous expliquera Valérie Crova.

En Iran, la contestation sociale et politique a contaminé la capitale Téhéran hier, sans leader, sans slogans bien définis, mais avec une colère spontanée qui essaime depuis 4 jours dans tout le pays. Les appels au calme du président Rohani hier ne semblent pas en mesure de calmer le jeu, nous dira Eric Biegala.  

Dans ce journal, nous reviendrons également sur les vœux d'un des hommes marquants de 2017, qu'on le veuille ou non : le dictateur nord-coréen Kim Jong-Un entre menace nucléaire répétée et discours de réconciliation avec le Sud autour des prochains JO d'hiver. Analyse de Marie-Pierre Vérot.  

Enfin, en Russie, l'Etat va verser, à compter de ce jour, une prime aux familles pour la naissance de leur premier enfant. Si la courbe démographique ne s'inverse pas en 2035 la population russe pourrait avoir perdu 1 million d'habitants. Nous joindrons Jean-Didier Revoin à Moscou.