Nouvelle journée de grèves et de manifestations contre les retraites

Manifestation à Paris lors de la 7ème journée de mobilisation contre la réforme des retraites
Manifestation à Paris lors de la 7ème journée de mobilisation contre la réforme des retraites ©AFP - LIONEL BONAVENTURE
Manifestation à Paris lors de la 7ème journée de mobilisation contre la réforme des retraites ©AFP - LIONEL BONAVENTURE
Manifestation à Paris lors de la 7ème journée de mobilisation contre la réforme des retraites ©AFP - LIONEL BONAVENTURE
Publicité

Objet d'un conflit social exceptionnellement long, la réforme des retraites promise par Emmanuel Macron est présentée ce matin en Conseil des ministres, soit le jour choisi par les opposants au projet de loi pour une septième journée de grèves et de manifestations.

Avec
  • Denis Gravouil Secrétaire général de la Fédération nationale CGT des syndicats du spectacle

S'il devait y avoir un avantage au vrai faux mois sans alcool c'est, sans doute, de pouvoir encore choisir entre le verre à moitié plein ou à moitié vide. Et à ce titre, l'examen de la réforme des retraites n'échappe pas à la règle. Alors s'agissant de la première option, parce qu'il aura su tenir, debout malgré les effluves dans la rue de cagettes brûlée et autres fumigènes, le gouvernement aura certainement toutes les raisons de trinquer, aujourd'hui, à la présentation en conseil des ministres de son projet de loi, dernière étape avant son examen au Parlement. A l'inverse, et si l'on tient compte cette fois-ci du dernier sondage BVA, publié ce matin, le risque de gueule de bois n'est pas à exclure. Quand la popularité d'Emmanuel Macron apparaît en légère baisse, avec 33% d'opinions favorables, celle d'Edouard Philippe perd trois points. Mais plus encore, le soutien des Français à la mobilisation contre la réforme des retraites reste lui, particulièrement, élevé : 70% des Français interrogés estiment toujours, aujourd'hui, que le mouvement de protestation doit se poursuivre.  Et d'ailleurs, signe d'une tension sociale toujours vive, les opposants à la réforme ont encore fait monter la pression, ces derniers jours, en multipliant les actions "coup de poing", jusqu'à l’organisation, ce vendredi, d'une septième journée d'action interprofessionnelle dans toute la France.

Invité de la rédaction : Denis Gravouil, chef opérateur et secrétaire général de la CGT spectacle.

Publicité

Denis Gravouil : "Ce gouvernement n'entend rien, pas que cette réforme est une catastrophe, en particulier dans nos professions."

6 min

Manifestation de l'orchestre de l'Opéra de Paris contre le projet de réforme des retraites devant le Palais Garnier, le 18 janvier 2020.
Manifestation de l'orchestre de l'Opéra de Paris contre le projet de réforme des retraites devant le Palais Garnier, le 18 janvier 2020.
© Maxppp - Julien de Rosa / EPA

Les autres titres de l’actualité

Un mathématicien turc enseignant en France, Tuna Altinel, doit être jugé aujourd'hui dans son pays pour "terrorisme". Un procès qui suscite l'indignation dans les milieux universitaires.

Après avoir déjà annoncé l'annulation des très populaires festivités prévues pour le début de l'Année, la Chine a décidé ce matin de fermer plusieurs sections de la Grande Muraille. L'objectif reste toujours le même : contrôler au mieux la propagation du coronavirus qui a déjà tué 26 personnes.    

Un simple haussement d'épaule. Voilà, à peu de choses près, la réaction palestinienne après les déclarations, hier, du président américain. Donald Trump a prévu d'annoncer d'ici mardi son projet de paix pour le Proche-Orient. Un plan déjà jugé mort-né dans les Territoires palestiniens.

La fragile coalition au pouvoir en Italie se prépare à des élections régionales cruciales, dimanche en Emilie-Romagne, dont La Ligue d'extrême droite espère qu'elles déclencheront un séisme politique.

L'équipe