L'ancien Premier ministre Edouard Balladur
L'ancien Premier ministre Edouard Balladur
L'ancien Premier ministre Edouard Balladur ©AFP - JOEL SAGET
L'ancien Premier ministre Edouard Balladur ©AFP - JOEL SAGET
L'ancien Premier ministre Edouard Balladur ©AFP - JOEL SAGET
Publicité
Résumé

Édouard Balladur et son ancien ministre de la Défense, François Léotard, comparaîtront aujourd'hui devant la CJR. La justice devra déterminer si les commissions perçues indûment, pour la vente de sous-marins, ont servi à abonder en parfaite illégalité le compte de la campagne présidentielle de 1995.

avec :

Agnès Le Brun (Maire LR de Morlaix, vice-présidente de l’Association des Maires de France).

En savoir plus

Y a-t-il eu financement occulte de la campagne malheureuse d'Édouard Balladur à la présidentielle de 1995, marquée notamment par la guerre fratricide à droite avec Jacques Chirac ? Plus de vingt-cinq ans après les faits, l'ancien Premier ministre va donc devoir faire face à la justice, cet après-midi, dans ce volet de la tentaculaire affaire dite Karachi. Accusé d'avoir bénéficié, en marge de contrats d'armement avec l'Arabie saoudite et le Pakistan, de rétrocommissions illégales, destinées à renflouer ses comptes de campagne, l'ancien locataire de Matignon comparaîtra devant la Cour de justice de la République, la seule instance habilitée à juger les membres de l'exécutif pour l'exercice de leur fonction. Il devrait également être accompagné à la barre de son ministre de la défense de l'époque, François Léotard, accusé de complicité d'abus de biens sociaux. Du moins, a priori, car ce dernier ayant fait savoir qu'il était malade, le procès pourrait être suspendu dès son ouverture.

15 min

Les autres titres de l'actualité

Après un mois d'interruption, la mobilisation reprend aujourd'hui chez EDF, à l'appel des fédérations syndicales. Les organisations demandent le retrait du projet de scission de l'énergéticien.

Publicité

Par peur de déranger ou d'être contaminé à l'hôpital, les activités de consultations et de chirurgie ont considérablement diminué en 2020. Des retards de prise en charge qui pourraient avoir de graves conséquences à terme.

"A ce stade il n'y a aucune autorisation d'utiliser le vaccin chez des enfants dans un cadre classique". Précision, ce matin, du ministre de la Santé, en réponse à l'hypothèse d'inclure les plus jeunes dans la campagne de vaccination.  

Invitée de la rédaction : Agnès Le Brun, vice-présidente et porte parole de l'Association des Maires de France, chargée des questions de l'éducation.

Agnès Le Brun : "Sur la vaccination, les maires souhaitent que le rythme auquel ils travaillent soit le même que celui de l'administration, mais l'histoire montre qu'il y a toujours un décalage"

4 min

Les professionnels du monde de la culture ont prévu de manifester aujourd'hui. Ils réclament une date de réouverture des théâtres, cinémas et salles de concerts, mais aussi l'obtention de garanties, à la fois économiques et sociales, pour les aider à traverser la crise.

En Italie, après avoir été lâché par Matteo Renzi et ses troupes, l'actuel chef du gouvernement, Giuseppe Conte, se retrouve contraint de trouver aujourd'hui une nouvelle majorité. 

Le Brésil a enfin lancé hier sa campagne vaccination contre le Covid-19. Dans le même temps, Manaus est aujourd'hui frappée par une pénurie d'oxygène dans les hôpitaux.