Publicité
En savoir plus

Hier soir, François Hollande s'est plié au traditionnel exercice des voeux présidentiels. Affichant une image de père de la Nation, le chef de l'Etat a fait de la protection des Français son "premier devoir" , face à une menace terroriste "à son plus haut niveau" et au chômage, sa "première priorité" . L'opposition dénonce de vaines promesses.

François Hollande s'est de nouveau posé hier soir en président protecteur face à une menace terroriste "à son plus haut niveau" . Mais il a aussi annoncé un "état d'urgence économique et social" pour lutter contre le chômage, qui reste* "sa "première priorité"* . Comme Clémenceau au printemps de 1918, François Hollande fait donc la guerre sur les fronts intérieur et extérieur.

Publicité

Analyse politique de Frédéric Says :

Écouter

3 min

Après 2015, année de "souffrance et de résistance" , le Chef de l’État a souhaité pour 2016 une année de "vaillance et d'espérance" , et a aussi de nouveau justifié son projet de révision de la Constitution. Si la proposition divise sévèrement à gauche, elle reste soutenue par une partie de la droite, comme l'a confirmé Eric Woerth, secrétaire général de Les Républicains :

Écouter

55 sec

Quand le Front national , par la voix de David Rachline, le sénateur maire de Fréjus , estime que "ce n'est pas suffisant " et que "l'islamisation progresse à vitesse grand V malheureusement dans notre pays " :

Écouter

42 sec

Et outre la lutte anti-terroriste, le président de la République, sur un ton tout aussi martial, a donc aussi sonné l'état d'urgence économique et social , qui se traduira par un plan massif de formation pour les demandeurs d'emploi.

Analyse de Jean-Marc Chardon :

Écouter

2 min

**500.000 chômeurs seront concernés, mais ce n'es pas suffisant pour convaincre Eric Coquerel, le secrétaire national du Front de Gauche : **

Écouter

35 sec

Côté EELV, Julien Bayou, porte-parole, a critiqué* "un nouveau discours du 31 sans annonce concrète si ce n’est l’entêtement sur la déchéance de nationalité. Des v* œux qui signent un mandat déjà fini, un mandat sans vision pour le pays, un mandat pour rien".

Tandis qu'au Parti Communiste, le secrétaire national Pierre Laurent fustige des annonces qui* "nous indiquent, malgré les belles paroles, que la trajectoire du gouvernement n’est ni l’apaisement des tensions en France et dans le monde, ni la présentation de mesures efficaces pour la création et la protection de l'emploi* ."

Les autres titres de l'actualité de ce vendredi 1er janvier 2016
La police allemande reste en état d'alerte et à la recherche de plusieurs suspects en raison d'un risque toujours "élevé" d'attentat kamikaze islamiste à Munich. Hier soir deux gares avaient été fermée environ une heure avant minuit. Correspondance de Pascal Thibaut. Les immatriculations de voitures neuves en augmantation de 12,5% par rapport à décembre 2014. Le marché automobile français de signer sa première véritable hausse annuelle depuis quatre ans. Analyse de Marion Chantreau. Au Rwanda, le président Kagame annonce qu'il se représentera à l'élection présidentielle de 2017 pour un troisième mandat, comme l'autorise la nouvelle constitution approuvée lors du référendum du 18 décembre. Commentaire de Mariam El Kurdi. *Le dernier invité de notre série "Qui combat-on ? Au nom de quoi ?" * : le metteur en scène et comédien Jean-Louis Hourdin.