L'ex-Premier ministre Edouard Balladur (g) et son ancien ministre de la Défense François Léotard (d)
L'ex-Premier ministre Edouard Balladur (g) et son ancien ministre de la Défense François Léotard (d) ©AFP - MARC LE CHELARD, JEAN-PIERRE MULLER
L'ex-Premier ministre Edouard Balladur (g) et son ancien ministre de la Défense François Léotard (d) ©AFP - MARC LE CHELARD, JEAN-PIERRE MULLER
L'ex-Premier ministre Edouard Balladur (g) et son ancien ministre de la Défense François Léotard (d) ©AFP - MARC LE CHELARD, JEAN-PIERRE MULLER
Publicité

La Cour de justice de la République a lavé, ce matin, Edouard Balladur de tout soupçon de complicité et recel d'abus de biens sociaux, dans le volet financier de l’affaire Karachi.

Avec
  • Juliette Raoul-Duval présidente du Comité national français d'ICOM, le Conseil international des musées

Il est parfois des hasards de calendriers redoutables. Après la condamnation, c'était en début de semaine, de Nicolas Sarkozy à de la prison ferme pour "corruption" dans l'affaire dite "des écoutes", et à quelques jours de la comparution de l'ex-président au procès de l'affaire dite "Bygmalion", portant sur les frais de sa campagne malheureuse de 2012, voilà que la justice se retrouvait, de nouveau, à devoir décider, ce matin, du sort d'un autre ex-ténor de la droite, Edouard Balladur, s'agissant, là aussi, d'accusations de financement illégal lors de sa campagne présidentielle à lui, en l'occurrence, celle de 1995. Un dossier, vieux de plus d'un quart de siècle, donc, basé sur un système de rétrocommissions versées en marge d'importants contrats d'armement ; soit ce que l'on a coutume d'appeler le "volet financier" de la tentaculaire "affaire Karachi".  

Le mois dernier, l'accusation avait requis un an d'emprisonnement avec sursis contre Edouard Balladur, et une peine de deux ans de prison avec sursis contre son ex-ministre de la Défense de l'époque, François Léotard. Et ce matin, si la Cour a suivi en tous points les réquisitions à l'encontre de François Léotard, en revanche, Edouard Balladur, lui, a été relaxé.

Publicité

Les autres titres de l'actualité

Au cœur d'un conflit qui aura secoué la Nouvelle-Calédonie ces derniers mois, la reprise d'une usine de nickel d'un groupe brésilien a finalement fait l'objet d'un accord politique, la nuit dernière, entre loyalistes, indépendantistes et chefs coutumiers kanak.  

Confiance, espoir, dégoût. Quelles sont les émotions des Français face à leurs politiques ? La Fondation Jean-Jaurès publie aujourd'hui un baromètre.

Journée spéciale sur France Culture sur les coulisses des musées en temps de Covid. Après un Reportage de la rédaction au Mucem, à Marseille, invitée de la rédaction : Juliette Raoul-Duval, présidente du comité national français de l'ICOM (ICOM France). 

Juliette Raoul-Duval : "Les musées sont fermés au public, mais ils ne sont pas fermés au travail. Dans le respect des règles de télétravail, les professionnels sont très actifs aujourd'hui."

5 min

Juliette Raoul-Duval, le 4 mars 2021.
Juliette Raoul-Duval, le 4 mars 2021.
© Radio France - Benoît Grossin
Le Reportage de la rédaction
4 min

La situation sanitaire est aujourd'hui alarmante au Brésil, deuxième pays aujourd'hui le plus endeuillé au monde par la pandémie.  

Les Israéliens ne décolèrent pas après l'annonce, hier, de l'ouverture d'une enquête de la Cour Pénale Internationale sur la guerre à Gaza en 2014.

L'équipe