Des combattants sudistes au Yémen, entraînés par les Emirats arabes unis ©AFP - SALEH AL-OBEIDI
Des combattants sudistes au Yémen, entraînés par les Emirats arabes unis ©AFP - SALEH AL-OBEIDI
Des combattants sudistes au Yémen, entraînés par les Emirats arabes unis ©AFP - SALEH AL-OBEIDI
Publicité
Résumé

Au Yémen, la grande coalition militaire commandée par l'Arabie saoudite pour soutenir le pouvoir face aux rebelles Houthis serait-elle sur le point d'éclater ? A tout le moins, les derniers combats entre les séparatistes sudistes et les forces gouvernementales l'ont-ils grandement fragilisé ?

avec :

Arno Klarsfeld (Avocat).

En savoir plus

Le Yémen, déjà plongé dans la pire crise humanitaire au monde depuis que les rebelles Houtis au Nord ont chassé le gouvernement de la capitale, Sanaa, verra-t-il éclater une nouvelle guerre dans la guerre ? En l'occurrence, un combat fratricide entre les forces gouvernementales d'un côté et les séparatistes du Sud de l'autre. Sans compter que la reprise hier par les sudistes de la ville d'Aden, dont le gouvernement avait fait sa capitale provisoire, aura non seulement ouvert un nouveau front mais, plus encore, elle ébranle désormais davantage la cohésion d'une coalition militaire au Yémen dont les deux piliers, l'Arabie saoudite et les Emirats, se retrouvent aujourd'hui aux antipodes. Pourquoi ? Parce que si Saoudiens et Emiratis se sont certes unis pour empêcher les rebelles Houthis venus du Nord et soutenus par l'Iran de prendre le contrôle de l'ensemble du Yémen, en revanche, un clivage persiste entre Ryad et Abou Dhabi, le premier soutenant le gouvernement quand le second appuie les séparatistes. Ou quand la remise au goût de jour de la revendication indépendantiste des Sudistes vient donc faire éclater les divergences entre l'Arabie Saoudite d'un côté et les Emirats Arabes Unis de l'autre, en révélant combien, au fond, leurs objectifs au Yémen ne sont pas les mêmes.

Les autres titres de l'actualité

A la veille d'une nouvelle manifestation interdite à Hong Kong, plusieurs figures du mouvement pro-démocratie ont été arrêtées ce matin.  Un coup de filet dénoncé par des associations comme une tentative chinoise de museler l'opposition.   

Publicité

Donald Trump a annoncé l'annulation de son voyage prévu en Pologne, en raison de l'ouragan qui pourrait frapper lundi les côtes de Floride, où l'état d'urgence a été décrété.

En France, trois jours avant leurs élèves, les professeurs font leur rentrée aujourd'hui.  Avec en particulier une réforme du lycée qui engendre toujours et encore beaucoup de "stress" et d'"incertitude" parmi les enseignants.   

Bien que la tentative du maire de Langouët, en Ille-et-Vilaine, se soit faite retoquer par la justice administrative, voilà que les arrêtés anti-pesticides se multiplient désormais en France.

Les femmes qui suivent un traitement hormonal contre les effets de la ménopause ont-elles un peu plus de risques de développer un cancer du sein ? C'est du moins ce que semble confirmer une étude épidémiologique publiée ce matin.    

L'invité de la rédaction : l'avocat Arno Klarsfeld, au sujet de la défense du bien-être animal. 

Arno Klarsfeld : "Je trouve la politique du gouvernement plus que médiocre. C'est une cause qui sera très importante au XXIe siècle"

6 min

Arno Klarsfeld, avocat, le 30 août 2019
Arno Klarsfeld, avocat, le 30 août 2019
© Radio France - Nathalie Lopes
4 min