Les manifestants continuent de dénoncer une nouvelle loi jugée discriminatoire envers les musulmans ©Radio France - STR / NURPHOTO
Les manifestants continuent de dénoncer une nouvelle loi jugée discriminatoire envers les musulmans ©Radio France - STR / NURPHOTO
Les manifestants continuent de dénoncer une nouvelle loi jugée discriminatoire envers les musulmans ©Radio France - STR / NURPHOTO
Publicité
Résumé

Alors qu'on dénombre vingt-sept morts depuis le début des manifestations, et 5 000 personnes placées en détention provisoire, les manifestations continuent contre la nouvelle loi qui permet d'être plus facilement naturalisé pour les hindous, chrétiens et bouddhistes mais pas pour les musulmans.

En savoir plus

En Inde, malgré la répression, de nouvelle manifestations ont eu lieu ce après-midi contre la loi qui favorise la naturalisation mais en fonction de la religion, excluant les musulmans. Vingt-sept personnes ont été tuées au cours des deux dernières semaines. Les autorités ont coupé l'accès à internet depuis ce matin. Dans l'Etat d'Uttar Pradesh plus de 5 000 personnes ont été placées en détention préventive. Mais les rassemblements continuent pour dénoncer la nouvelle loi sur la citoyenneté, dénoncée comme discriminatoire à l'encontre des musulmans. Reportage de notre correspondant en Inde Antoine Guinard.

Les autres titres de l'actualité

L'ambassadeur d'Iran à Paris convoqué par le quai d'Orsay pour réclamer la libération des universitaires français toujours détenus.

Publicité

Au 3e jour de la grève de la faim de Fariba Adelkhah, franco-iranienne directrice de recherche au CERI, le centre de recherches internationale de Science po Paris, le ministère français des Affaires étrangères dénonce dans un communiqué "l'emprisonnement intolérable" des deux universitaires français détenus depuis plus de 6 mois. Précisions de Bertrand Gallicher.  

Plus de 9 000 médecins cubains ont été rapatriés de leurs missions au Brésil, en Equateur et en Bolivie en un an.

Conséquence du virage à droite en Amérique latine, la diplomatie médicale et les rentrées d'argent sont en grand recul pour la Havane. Reportage et analyse des conséquences économiques avec Domitille Piron.   

Les départements peuvent désormais repasser de 80km/h à 90 km/h de limitation de vitesse sur les routes.

Publiée hier au journal officiel, ce sont les élus qui vont devoir décider de revenir ou non à l'ancienne réglementation en remplissant certaines condition la responsabilité de désormais possible de la limitation à 90km/h sur les routes. Analyse de Stéphane Robert.