A Karachi, au Pakistan, des chrétiens ont allumé des bougies pour rendre hommage aux victimes des attentats au Sri Lanka (21/04/19)
A Karachi, au Pakistan, des chrétiens ont allumé des bougies pour rendre hommage aux victimes des attentats au Sri Lanka (21/04/19)
A Karachi, au Pakistan, des chrétiens ont allumé des bougies pour rendre hommage aux victimes des attentats au Sri Lanka (21/04/19) ©AFP - RIZWAN TABASSUM
A Karachi, au Pakistan, des chrétiens ont allumé des bougies pour rendre hommage aux victimes des attentats au Sri Lanka (21/04/19) ©AFP - RIZWAN TABASSUM
A Karachi, au Pakistan, des chrétiens ont allumé des bougies pour rendre hommage aux victimes des attentats au Sri Lanka (21/04/19) ©AFP - RIZWAN TABASSUM
Publicité
Résumé

Les attentats qui ont fait au moins 290 morts, hier, au Sri Lanka, sont attribués à un mouvement islamiste local, peut-être aidé par un réseau international. Pour l'enquête, les autorités sri-lankaises vont bénéficier de l'appui du FBI et d'Interpol.

En savoir plus

Le Sri Lanka est placé en état d'urgence et un nouveau couvre-feu a été décrété. Les écoles et la bourse de Colombo sont restées fermées, au lendemain de la vague d'attentats suicides qui a fait au moins deux-cent-quatre-vingt dix morts dans l'île d'Asie du Sud. Parmi les victimes identifiées : trente-et-un étrangers dont un Français. Quelques cinq-cents personnes ont été blessées. Pour le gouvernement sri lankais, les responsables de ces attaques contre des églises et des hotels de luxe sont des islamistes appartenant à un mouvement local, mais qui ont pu bénéficier d'une aide étrangère. Le FBI assiste les autorités dans leur enquête et Interpol a annoncé le renforcement de son aide.

En savoir plus : Le Sri Lanka rattrapé par les démons du passé

Les autres titres du journal de 18 heures

En Algérie, une enquête pour corruption vise des proches d'Abdelaziz Bouteflika. Cinq milliardaires algériens ont été arrêtés, dont l'homme le plus riche du pays.

Publicité

Les sanctions américaines vont bientôt s'appliquer à tous les pays important du pétrole iranien.  Début mai, prévient Washington, il n'y aura plus d'exemption. 

Au Brésil, l'ancien président Lula est incarcéré depuis un an. Mais il garde le soutien de la gauche brésilienne qui le considère comme un "prisonnier politique". Des militants se mobilisent d'ailleurs sans relâche sur un terrain situé  juste en face de la prison de Lula.

Plusieurs journalistes blessés et deux journalistes interpellés lors de l'acte XXIII des Gilets Jaunes samedi. Les syndicats réagissent, dénonçant "répression" et "tentatives d'intimidation".