Le président Emmanuel Macron dans un bureau de vote du Touquet, lors du second tour des élections législatives, le 19 juin 2022. ©AFP - Ludovic Marin
Le président Emmanuel Macron dans un bureau de vote du Touquet, lors du second tour des élections législatives, le 19 juin 2022. ©AFP - Ludovic Marin
Le président Emmanuel Macron dans un bureau de vote du Touquet, lors du second tour des élections législatives, le 19 juin 2022. ©AFP - Ludovic Marin
Publicité
Résumé

Emmanuel Macron n'a pas obtenu la majoritaire claire qu'il espérait, il aura besoin de coalitions de projet pour faire voter ses réformes. Et Les Républicains préviennent qu'ils ne concluront aucun pacte avec le gouvernement.

En savoir plus

Emmanuel Macron semble bien isolé au lendemain du second tour des élections législatives. Sa dramatisation du scrutin, en brandissant la menace des extrêmes, n'a pas eu l'effet escompté. 37% de ceux qui avaient voté pour lui au 1er tour de la présidentielle n'ont pas jugé bon de se déplacer hier. L'abstention frôle les 54%. Et les suffrages exprimés ne donnent pas au président la majorité "claire" qu'il escomptait : avec 246 sièges, son camp est même loin de la majorité absolue. S'il veut faire passer des réformes, il aura besoin d'alliés, durables ou de circonstance. Les députés macronistes s'attendent à un mandat nettement plus difficile que le précédent.

Les autres titres du journal de 18h

Fort de 89 députés, le Rassemblement National revendique la présidence de la commission des finances à l'Assemblée, du fait de sa place de premier parti de l'opposition, ce que prétend aussi être la Nouvelle union populaire écologique et sociale. Mais des tensions secouent l'alliance de gauche : la proposition de Jean-Luc Mélenchon de former un groupe unique à l'Assemblée est rejeté par les partenaires de La France Insoumise.

Publicité

La Russie accuse la Lituanie d'avoir introduit des "restrictions hostiles" sur le transit de marchandises vers son enclave de Kaliningrad. Vilnius dit se conformer aux sanctions européennes.

Alors que l'épisode de canicule touche à sa fin en France, Annabelle Grelier nous explique comment l'on peut réduire la consommation en eau des cultures tout en améliorant les rendements agricoles dans "Demain l'éco".