Le Premier ministre Jean Castex à l'Assemblée nationale à Paris, le 5 janvier 2022.
Le Premier ministre Jean Castex à l'Assemblée nationale à Paris, le 5 janvier 2022.
Le Premier ministre Jean Castex à l'Assemblée nationale à Paris, le 5 janvier 2022. ©AFP - BERTRAND GUAY
Le Premier ministre Jean Castex à l'Assemblée nationale à Paris, le 5 janvier 2022. ©AFP - BERTRAND GUAY
Le Premier ministre Jean Castex à l'Assemblée nationale à Paris, le 5 janvier 2022. ©AFP - BERTRAND GUAY
Publicité
Résumé

Les non vaccinés ? "Une infime minorité qui fracture la nation", selon Jean Castex. Le premier ministre défend les propos du président devant le Sénat comme devant l'Assemblée.

En savoir plus

"Emmerder les non vaccinés". L'expression utilisée par le chef de l'Etat au cours d'un entretien avec des lecteurs du Parisien a mis le feu au poudre. Depuis la parution de l'article, l'opposition, de droite comme de gauche, reproche à Emmanuel Macron de rabaisser la fonction présidentielle et de diviser les Français au lieu de les rassembler. Les membres du gouvernement, eux, font bloc derrière le président, expliquant qu'il partage l'exaspération d'une grande partie des Français. Le premier ministre Jean Castex est allé défendre les propos d'Emmanuel Macron devant les Sénateurs avant de se rendre à l'Assemblée, où les députés ont repris cet après-midi l'examen du projet de loi sur le pass vaccinal.  Reportage de Rosalie Lafarge.

En savoir plus : "Les non-vaccinés, j'ai très envie de les emmerder"

Les autres titres du journal de 18h

La consommation de cannabis dès l'adolescence associé à un risque plus élevé de chômage à l'âge adulte. C'est ce que tend à démontrer une étude publiée par l'Inserm sur laquelle s'est penchée Cécile de Kervasdoué.

Publicité

Un an après l'assaut du Capitole par des partisans de Donald Trump, où en est l'enquête ? Elle est d'une ampleur et d'une complexité hors du commun. Nous ferons le point avec notre correspondant Loïg Loury. 

En savoir plus : Occupation du Capitole aux États-Unis : un après-guerre mal négocié ?

Enfin nous irons au Royaume-Uni, où la lutte contre les violences conjugales progresse doucement. Les victimes ont désormais 2 ans pour porter plainte au lieu de 6 mois.