Le palais de l'Elysée le 17 décembre 2018. ©AFP - LUDOVIC MARIN
Le palais de l'Elysée le 17 décembre 2018. ©AFP - LUDOVIC MARIN
Le palais de l'Elysée le 17 décembre 2018. ©AFP - LUDOVIC MARIN
Publicité
Résumé

Après, la publication par le Sénat d'un rapport sur le recours croissant à des cabinets de conseil privés par l'État, le parquet national financier a ouvert une enquête pour blanchiment aggravé de fraude fiscale.

En savoir plus

Dans une tribune collective, hier, des magistrats s'étonnaient que le parquet ne déclenche pas d'enquête sur l'affaire McKinsey.  "L'ampleur et la dimension des informations révélées par le rapport de la commission d'enquête sénatoriale sur les cabinets de conseil, publiée le 17 mars, écrivaient-ils, a le mérite d'éclairer le citoyen sur l'état de délabrement de nos institutions gravement menacées par des dérives susceptibles de relever du champ pénal et de donner à voir un Etat possiblement frappé de corruption." Réponse aujourd'hui du parquet national financier : une enquête préliminaire a été ouverte, jeudi dernier, du chef de blanchiment aggravé de fraude fiscale.  Ce n'est pas le recours par l'Etat aux services de cabinets privés, qui semble en question,  mais les pratiques d'optimisations fiscales de McKinsey.

Parallèlement à cette enquête ouverte par le Parquet National Financier, qui pour le moment ne désigne pas nommément Mc Kinsey, Bercy avait lancé un contrôle fiscal en décembre sur le cabinet américain, et les deux enquêtes vont être menées en parallèle. 

Publicité

Les autres titres du journal

Alors que 30% des électeurs prévoient de s'abstenir dimanche, le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, appelle les Français à "faire vivre la démocratie, le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes et à choisir leurs représentants". L'enquête sur McKinsey ne concerne pas le président, mais elle pourrait  avoir des répercussions sur la campagne d'Emmanuel Macron à quelques jours du premier tour. Les autres candidats veillent à ce que la polémique ne retombe pas.

Kiev redoute une offensive majeure de l'armée russe sur le Donbass et appelle les habitants de l'Est de l'Ukraine à évacuer la région maintenant. Il faut le faire maintenant - insiste le gouvernement ukrainien, sous peine de risquer la mort dans les prochains jours.

Au Burkina Faso, le verdict a été rendu dans le procès sur l'assassinat de Thomas Sankara et 12 de ses compagnons d'armes. L’ancien-président Blaise Compaoré a été condamné à la perpétuité. Tout comme le commandant de sa garde au moment des faits, Hyacinthe Kafando et Gilbert Diendéré , l'un des chefs de l'armée lors du putsch de 1987. Tous trois ont été reconnus coupables d’« attentat à la sûreté de l’État ». Huit autres accusés ont également été condamnés. Ce verdict est l'épilogue d'une procédure judiciaire qui aura duré plus de 20 ans . Pour les familles des victimes, c'est le soulagement.