Procès d’un soldat russe à Kiev, le 18 mai 2022. Accusé de crimes de guerre pour avoir tué un civil, il a plaidé coupable et risque la réclusion à perpétuité.
Procès d’un soldat russe à Kiev, le 18 mai 2022. Accusé de crimes de guerre pour avoir tué un civil, il a plaidé coupable et risque la réclusion à perpétuité.
Procès d’un soldat russe à Kiev, le 18 mai 2022. Accusé de crimes de guerre pour avoir tué un civil, il a plaidé coupable et risque la réclusion à perpétuité. ©AFP - Genya SAVILOV
Procès d’un soldat russe à Kiev, le 18 mai 2022. Accusé de crimes de guerre pour avoir tué un civil, il a plaidé coupable et risque la réclusion à perpétuité. ©AFP - Genya SAVILOV
Procès d’un soldat russe à Kiev, le 18 mai 2022. Accusé de crimes de guerre pour avoir tué un civil, il a plaidé coupable et risque la réclusion à perpétuité. ©AFP - Genya SAVILOV
Publicité
Résumé

Le premier procès d'un soldat russe jugé pour crime de guerre sur le territoire ukrainien s'est ouvert à Kiev. Le jeune militaire accusé d'avoir abattu un civil a plaidé coupable.

En savoir plus

L'Ukraine accuse régulièrement les troupes russes de crimes de guerre, crimes contre l'humanité, et même génocide, et que ces crimes soient reconnnus et punis est une priorité pour le président Volodymyr Zelensky. Pour lui, pas question d'attendre. Un procès s'est donc ouvert en pleine guerre aujourd'hui à Kiev. Un soldat russe de 20 ans est jugé pour crime de guerre. Il risque la prison à perpétuité.

58 min

Les autres titres du journal de 18h

Le mois dernier, la France avait expulsé 41 diplomates russes, soupçonnés de se livrer à des activités d'espionnage, Moscou réplique aujourd'hui en expulsant à son tour 34 diplomates français, qui devront avoir quitté la Russie d'ici deux semaines. 27 diplomates espagnols et 24 italiens subissent eux aussi les foudres du Kremlin.

Publicité

En France, la polémique ne cessait de monter autour de la candidature de Jérôme Peyrat aux législatives en Dordogne. Cet ancien conseiller d'Emmanuel Macron, condamné pour violence envers son ex-compagne, jette finalement l'éponge.

Elle portait inlassablement la parole des victimes du terrorisme, dont elle faisait partie. Françoise Rudetzki, la créatrice de l'association SOS Attentats, est morte à 73 ans.

En savoir plus : S’associer pour revivre
55 min