Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'adresse aux parlementaires français et est ovationné à l'Assemblée Nationale. 23/03/2022.
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'adresse aux parlementaires français et est ovationné à l'Assemblée Nationale. 23/03/2022. ©AFP - Emmanuel DUNAND
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'adresse aux parlementaires français et est ovationné à l'Assemblée Nationale. 23/03/2022. ©AFP - Emmanuel DUNAND
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'adresse aux parlementaires français et est ovationné à l'Assemblée Nationale. 23/03/2022. ©AFP - Emmanuel DUNAND
Publicité

Liberté, Egalité, Fraternité : ce sont les valeurs au nom desquelles le président ukrainien demande le soutien de la France. Volodymyr Zelensky appelle Renault, Auchan, Leroy Merlin à cesser de soutenir "la machine de guerre" russe.

Devant le Parlement français, il évoque les ruines de Verdun. Par vidéo interposée, le président ukrainien s'est adressé cet après-midi aux députés et aux sénateurs français. "L'armée russe détruit tout, brûle tout." leur a dit Volodymyr Zelensky,qui compare les photos de Marioupol à celles de la première guerre mondiale. D'après lui, près de 100 000 personnes sont toujours piégées dans la ville, "en état de siège total, sans nourriture, sans eau, sans médicaments, sous des bombardements constants." Le président ukrainien exhorte les entreprises françaises implantées en Russie à cesser de soutenir "la machine de guerre" russe et à quitter ce pays.

11 min

Le gaz russe livré aux pays dits "hostiles" doit être payé en roubles. C'est la nouvelle consigne de Vladimir Poutine en réaction au gel des actifs de la Russie en Occident.

Publicité

Le festival "Quand les Russes", festival du film russe à Paris, devait avoir lieu cette semaine. Mais du fait de la guerre en Ukraine, sa 8e édition est remaniée. Le festival condamne “sans équivoque” l’invasion russe, et organise une soirée de soutien aux cinéastes russes et ukrainiens.
Le film Maman je suis à la maison sera projeté ce soir. C'est le deuxième film de Vladimir Bitokov, élève du grand cinéaste Alexandre Sokourov. Le réalisateur russe est venu à Paris, malgré les difficultés de déplacement, malgré aussi le risque d’être inquiété à son retour en Russie. Vladimir Bitokov ne peut pas s’exprimer librement sur la situation en Ukraine. Il a tout de même répondu à Benoît Grossin :

Vladimir Bitokov : "C'est très difficile de dire qu'on est contre la guerre, c'est très dangereux".

2 min

On peut bien sûr dire qu'on est pour la guerre, mais c'est très difficile de dire qu'on est contre, c'est très dangereux. Des discussions, il y en a, mais en privé, comme on disait à l'époque soviétique, on discute dans les cuisines. Cela existe, bien sûr, mais il n'y a pas vraiment de discussions publiques et on ne sait pas encore très bien ce qui va se passer et comment réagir.

Que votre film soit projeté, film produit par un Ukrainien dans cette soirée de soutien, c'est important pour vous ?

Le film est un film à propos d'une mère qui a perdu son fils soldat et elle essaie de le retrouver. Et ça, je crois, c'est quelque chose de très important parce que dans tout conflit, il y a toujours des mères qui sont à la recherche de leur fils tués. C’est un sujet sensible. Je l'ai fait il y a trois ans et je ne sais pas si on pourrait le faire maintenant. Ce serait probablement plus compliqué.

Est-ce qu'il y a une forme d'autocensure ou de ne pas trop s'engager sur des sujets polémiques ?

C'est quelque chose qui a toujours existé : cette autocensure, cette censure intérieure. C'est vrai dans le cinéma, c'est vrai dans toutes les formes d'art. C'est un problème permanent et certainement, c'est un problème actuel. C'est un problème éternel, les créateurs avec leurs propres sentiments d'autocensure. D'un autre côté, on sait combien, pendant le régime soviétique, il y avait ces phénomènes et en dépit de cela, les grands réalisateurs ont toujours réussi à tourner des films formidables.

Le réalisateur russe Vladimir Bitokov ce mercredi 23 mars 2022.
Le réalisateur russe Vladimir Bitokov ce mercredi 23 mars 2022.
© Radio France - Benoît Grossin

Les autres titres du journal de 18h

L'inflation fait monter la grogne en Espagne. Nous revenons avec Marie-Hélène Ballestero sur la journée d'action organisée contre la détérioration des conditions de vie.

"Pas un quinquennat de plus à la rue" : le collectif des associations unies rappelle aux candidats les difficultés d'accès à l'hébergement et au logement.