Le Premier ministre britannique Boris Johnson annonce sa démission devant le 10 Downing Street, dans le centre de Londres, le 7 juillet 2022. ©AFP - Daniel Leal
Le Premier ministre britannique Boris Johnson annonce sa démission devant le 10 Downing Street, dans le centre de Londres, le 7 juillet 2022. ©AFP - Daniel Leal
Le Premier ministre britannique Boris Johnson annonce sa démission devant le 10 Downing Street, dans le centre de Londres, le 7 juillet 2022. ©AFP - Daniel Leal
Publicité
Résumé

Boris Johnson a annoncé sa démission ce jeudi. Usé par les scandales, affaibli par une série de démissions sans précédent au sein de son gouvernement et mis sous pression par sa majorité, il n’avait plus le choix. Il reste à Downing Street en attendant que son successeur soit désigné.

En savoir plus

Face à l'inflation, le gouvernement a levé le voile sur une série de mesures très attendues destinées à protéger le pouvoir d'achat des Français. Des mesures qui couteront 20 milliards d'euros. Elles incluent notamment la revalorisation de plusieurs prestations sociales et l'augmentation du point d'indice servant de référence à la rémunération des fonctionnaires.

Et alors que le gouvernement présente ces mesures en faveur du pouvoir d'achat, la cour des comptes s'inquiète du déficit public qui a doublé depuis 2017 alors que la dette dépasse les 110% du PIB. Si le déficit est prévu à 5% du PIB à la fin de l'année, la cour estime, dans son rapport annuel sur la situation et les perspectives des finances publiques, que l’exécutif s’appuie sur des prévisions de croissance, de recette et d’inflation trop favorables, pour ne pas dire illusoires.

Publicité

Même si les salaires trop faibles ne sont pas la seule explication, ils sont en partie à l'origine des problèmes de recrutements dans l'éducation. Plus de 4.000 postes n'ont pas été pourvus à l'occasion des concours organisés cette année sur un total de 27.332 ouverts dans le public et le privé. Face à cette crise inédite, le ministère de l'éducation renforce le recrutement d'enseignants contractuels.

Après sa remise en cause aux Etats-Unis, le Parlement européen demande que le droit à l'avortement soit inscrit dans la charte des droits fondamentaux de l'UE. Une telle décision nécessite toutefois l'unanimité des pays membres. Or ce sujet de société divise les 27.

Après deux ans de crise sanitaire, et même si la prudence reste de mise en raison du rebond épidémique, la 76e édition du festival d'Avignon démarre ce soir. Alors que la guerre se poursuit en Ukraine, c'est une adaptation du Moine noir de Tchekhov qui va faire l’ouverture dans la Cour d’honneur du Palais des papes. Elle est signée du metteur en scène longtemps assigné à résidence à Moscou, le Russe Kirill Serebrennikov. Il a quitté son pays fin mars et vit désormais en exil à Berlin. C'est sa quatrième participation au festival d’Avignon. Sans doute la plus importante pour lui.

Kirill Serebrennikov : "Il est très important que lorsque les gens viendront voir notre spectacle, ils réfléchissent à l'éternité, à l'être humain, à sa fragilité."

1 min

"Le Moine noir" à Avignon ce mardi et Kirill Serebrennikov le 14 janvier 2022 à Hambourg, en Allemagne.
"Le Moine noir" à Avignon ce mardi et Kirill Serebrennikov le 14 janvier 2022 à Hambourg, en Allemagne.
© AFP - Nicolas Tucat / MORRIS MAC MATZEN
Les comédiens à la fin de la première représentation de l'adaptation par Kirill Serebrennikov du Moine noir de Tchekhov.
Les comédiens à la fin de la première représentation de l'adaptation par Kirill Serebrennikov du Moine noir de Tchekhov.
© Radio France - Benoit Grossin

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.