Veillée à Taïpei (Taïwan) autour des chiffres "8964" (en référence au 4 juin 1989) en hommage aux victimes du massacre de Tiananmen. 4 juin 2022 ©AFP - Sam Yeh
Veillée à Taïpei (Taïwan) autour des chiffres "8964" (en référence au 4 juin 1989) en hommage aux victimes du massacre de Tiananmen. 4 juin 2022 ©AFP - Sam Yeh
Veillée à Taïpei (Taïwan) autour des chiffres "8964" (en référence au 4 juin 1989) en hommage aux victimes du massacre de Tiananmen. 4 juin 2022 ©AFP - Sam Yeh
Publicité
Résumé

Trente-trois ans après le massacre de la place Tiananmen, les commémorations sont interdites et réprimées en Chine. Sauf à Taïwan, territoire démocratique où des centaines de personnes se sont rassemblées samedi pour rendre hommage aux victimes du massacre survenu le 4 juin 1989 à Pékin.

En savoir plus

A Hong Kong plusieurs personnes ont été interpellées samedi, accusées d'avoir voulu commémorer le massacre de la place Tiananmen. En ce nouvel anniversaire de la répression sanglante contre des milliers de manifestants pacifiques, Pékin a interdit toute manifestation sur son territoire.
Seul Taïwan, archipel démocratique revendiqué par Pékin, continue de commémorer librement l'anniversaire de la répression. Reportage dans ce journal de notre correspondant à Taïpei, Adrien Simorre.

Les autres titres du journal

En Australie, les travaillistes arrivés au pouvoir le mois dernier avaient promis de faire de l'environnement une priorité, mais soutiennent finalement un grand projet gazier très polluant.

Publicité

Dernier week-end avant le premier tour des élections législatives en France. Le Rassemblement National (RN) ratisse ses terres de prédilection, dans le Vaucluse (où était le président par intérim du RN, Jordan Bardella, aujourd'hui) et le Pas-de-Calais, où se rend demain dimanche Marine Le Pen pour tenter de relancer une campagne jusqu'ici assez discrète.

Enfin la marche des fiertés des banlieues était de retour ce samedi, trois ans après sa première édition. Plusieurs milliers de personnes ont défilé cet après midi à Saint-Denis en région parisienne. Objectif : donner de la visibilité aux personnes LGBT+ issues des banlieues, qui souffrent de discriminations multiples : sexuelles, sociales et raciales.