Rassemblement en faveur des putschistes ce lundi 24 janvier 2022 à Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso
Rassemblement en faveur des putschistes ce lundi 24 janvier 2022 à Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso
Rassemblement en faveur des putschistes ce lundi 24 janvier 2022 à Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso ©AFP - OLYMPIA DE MAISMONT
Rassemblement en faveur des putschistes ce lundi 24 janvier 2022 à Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso ©AFP - OLYMPIA DE MAISMONT
Rassemblement en faveur des putschistes ce lundi 24 janvier 2022 à Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso ©AFP - OLYMPIA DE MAISMONT
Publicité
Résumé

Le président Kaboré est introuvable après une tentative de coup d'Etat militaire. On ne sait pas s'il est aux mains des putschistes. Une chose est sûre, l'armée burkinabè n'en peut plus d'être impuissante face aux groupes jihadistes.

En savoir plus

Que se passe-t-il aujourd'hui au Burkina Faso ? La situation reste confuse ce soir après la mutinerie d'une partie de l'armée burkinabè. Le sort du président Roch Marc Christian Kaboré est incertain : certaines sources citées par l'AFP disent qu'il est détenu par les mutins. Mais un responsable gouvernemental affirme qu'il a été exfiltré hier soir de sa résidence par des gendarmes de sa garde. Sur le compte Twitter de Kaboré, un message appelant les mutins à se rendre a été posté en début d'après-midi. Mais là aussi, impossible de savoir si le président a lui-même rédigé ce texte. La population, elle, semble être favorable aux militaires. 

Au pouvoir depuis 2015,le président Kaboré a été réélu en 2020 sur la promesse de faire de la lutte antijihadiste sa priorité. Un engagement vain pour l'instant : les attaques islamistes sont quasiment quotidiennes dans le nord du Burkina Faso. Plusieurs massacres ont marqué les esprits l'an dernier, avec à chaque fois plusieurs dizaines de victimes : 132 morts en juin dans le village de Solhan, 57 victimes dont 53 gendarmes mi-novembre dans le village d'Inata. L'armée burkinabè apparaît impuissante face aux groupes jihadistes, et cela explique en partie la mutinerie à laquelle on assiste aujourd'hui.

Publicité

Claude Guibal revient sur le malaise de l'armée burkinabè

1 min

Les autres titres du journal

La confusion règne aussi à Hassaké dans le nord de la Syrie après l'attaque jeudi dernier d'une prison kurde par l'Etat islamique. Un nombre indéterminé de jihadistes a réussi à prendre la fuite. Et les combats continuent entre Daech et les forces démocratiques syriennes à majorité kurde.  Des combats qui ont contraint près de 45 000 personnes à fuir leur domicile selon l'ONU. 

En Europe, la Russie n'en finit plus de montrer ses muscles à l'Occident. Nouvel épisode aujourd'hui, le déploiement d'une vingtaine de bateaux de la marine russe en mer Baltique pour des manœuvres navales. Moscou promet de réagir de manière appropriée si les Etats-Unis envoient des soldats en Europe de l'Est. Officiellement, le Kremlin se défend de vouloir attaquer l'Ukraine. Mais l'OTAN se prépare au pire : l'Alliance atlantique va dépêcher des renforts en Europe orientale, notamment des navires de guerre et des avions de combat. 

Le suspense est tout relatif, mais il continue. Emmanuel Macron garde le mystère sur sa candidature à un second mandat. En déplacement dans la Creuse, le chef de l'Etat a refusé de donner une réponse claire à la question posée par un élève du lycée agricole qu'il visitait : il se prononcera "en temps voulu".  Sur le fond, il semble évident que cette déclaration de candidature n'est plus qu'une question de jours. Tous les sondages donnent aujourd'hui Emmanuel Macron en tête du premier tour, avec environ 25% des suffrages. Derrière, Valérie Pécresse et Marine Le Pen se disputent la qualification pour le 2e tour, leurs scores respectifs plafonnent entre 16 et 18%. Au 2e tour, le président sortant est donné, pour l'instant, largement vainqueur dans tous les cas de figure.

Demain l'éco, notre rendez-vous hebdomadaire, s'intéresse ce soir à la lutte contre la pollution chimique et plastique. Le monde croule sous les déchets plastiques, 11 millions de tonnes déversées chaque année dans nos océans, faute d'être recyclés. Pour limiter le phénomène, il y a bien sûr le recyclage. Mais il y a aussi les alternatives au plastique. Une jeune pousse française basée à Poitiers a mis au point un polymère 100 % biosourcé à base de graine de ricin, le Greenfib.

À lire : Greenfib : un nouveau matériau 100% biosourcé pour un monde sans plastique

On appelle cela la chronologie des médias, le moment où un film peut être diffusé à la télé ou sur les plateformes après sa sortie en salles.  Après des mois de négociations qui ont agité le cinéma français, un accord a finalement été signé aujourd'hui. Autour de la table, les chaînes gratuites, Canal + et Netflix notamment. L'accord aboutit à une accélération de cette chronologie des médias.

Le couturier français Thierry Mugler est mort hier, à l'age de 73 ans. Créateur hors normes, Thierry Mugler avait aussi travaillé pour le cinéma, la musique ou la parfumerie. Dans ce journal, l'hommage d'un autre grand nom de la mode, Jean Charles de Castelbajac, très sensible à l'univers éclectique de Thierry Mugler.

À lire : Mode, photo, parfum, spectacles : l'artiste du corps Thierry Mugler est mort