Un navire de la SNSM (Société nationale de Sauvetage en Mer) dans le port de Calais ce 24 novembre 2021 avec à son bord les corps des migrants noyés
Un navire de la SNSM (Société nationale de Sauvetage en Mer) dans le port de Calais ce 24 novembre 2021 avec à son bord les corps des migrants noyés ©AFP - FRANCOIS LO PRESTI
Un navire de la SNSM (Société nationale de Sauvetage en Mer) dans le port de Calais ce 24 novembre 2021 avec à son bord les corps des migrants noyés ©AFP - FRANCOIS LO PRESTI
Un navire de la SNSM (Société nationale de Sauvetage en Mer) dans le port de Calais ce 24 novembre 2021 avec à son bord les corps des migrants noyés ©AFP - FRANCOIS LO PRESTI
Publicité

Jamais depuis 2018 il n'y avait eu dans la Manche un drame de la migration aussi meurtrier. Au moins 27 migrants se sont noyés aujourd'hui en tentant de rejoindre l'Angleterre. Leur embarcation a chaviré au large de Calais.

La préfecture maritime de la Manche parle du "pire accident" frappant des migrants essayant de rejoindre les côtes britanniques depuis la France. Selon le dernier bilan, 27 exilés sont morts noyés dans le naufrage de leur canot parti de Dunkerque. Il y avait une cinquantaine de personnes à bord. Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin s'est rendu sur place à Calais. Jean Castex déplore une "tragédie" : "Mes pensées vont aux nombreux disparus et blessés, victimes de passeurs criminels qui exploitent leur détresse et leur misère", a écrit sur Twitter le Premier ministre. Son homologue britannique Boris Johnson convoque une réunion de crise. Les traversées migratoires de la Manche ont fortement augmenté depuis 2018, face au verrouillage croissant du port de Calais et du tunnel sous la Manche, deux voies privilégiées jusque-là par les migrants pour rallier l'Angleterre.

Vue aérienne de la Manche
Vue aérienne de la Manche
© AFP - JEAN-MICHEL CORNU, PATRICIO ARANA

LES AUTRES TITRES DU JOURNAL

Le gouvernement n'avait plus vraiment le choix face à la forte reprise de l'épidémie en France, 30 000 nouvelles contaminations hier, le chiffre le plus élevé depuis trois mois. Le ministre de la santé Olivier Véran annoncera demain de nouvelles mesures de restrictions pour contenir la 5e vague. Décisions actées ce matin à l'Elysée lors d'un nouveau conseil de défense sanitaire. A l'issue du Conseil des ministres, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a donné quelques éléments sur ces nouvelles restrictions : les mesures barrières devraient être renforcées et la vaccination accélérée, mais pas question pour l'instant de reconfiner le pays ou d'imposer un couvre-feu.

Publicité

Une nouvelle fois, Nicolas Hulot annonce son départ. Cette fois, l'ancien ministre de la transition écologique affirme qu'il quitte la vie publique. C'était ce matin sur l'antenne de BFM. Nicolas Hulot s'en va, car le magazine Envoyé spécial s'apprête à diffuser de nouveaux témoignages contre lui : 5 femmes qui l'accusent de viol et d'agressions sexuelles. France télévisions a confirmé la diffusion de ces témoignages demain soir. Nicolas Hulot se dit écœuré avant même la diffusion de ces témoignages. Une chose est sûre, les accusations de viol et d'agressions sexuelles poursuivent Nicolas Hulot depuis 2018.

Le PDG d'Orange Stéphane Richard peut-il se maintenir à la tête de l'opérateur après sa condamnation pour complicité de détournements de fonds publics ? La cour d'appel de Paris l'a condamné ce matin à un an de prison avec sursis et 50 000 euros d'amende. Il s'agit de l'affaire de l'arbitrage controversé entre Bernard Tapie et le Crédit Lyonnais. L'homme d'affaires, décédé le mois dernier, avait obtenu 400 millions d'euros en 2008. A l'époque, Stéphane Richard était le directeur de cabinet de la ministre de l'économie Christine Lagarde. Pour la cour d'appel, l'arbitrage était frauduleux, son arrêt annule la relaxe dont avait bénéficié Stéphane Richard en 2019.  Ce sont les administrateurs d'Orange qui vont décider de l'avenir professionnel de leur PDG.

Notre dossier ce soir est consacré à cette initiative inédite qui illustre le profond malaise dans la justice. Plus de 3000 magistrats signent une tribune dans le journal Le Monde pour dénoncer la dégradation de leurs conditions de travail. Cela représente plus d'un tiers de la profession. La tribune est aussi signée par une centaine de greffiers. A l'origine du texte, 9 jeunes magistrats bouleversés par le suicide d'une de leurs consœurs fin août. Cette mobilisation intervient alors que le gouvernement vient de lancer les Etats Généraux de la justice.

Malaise dans la justice : le dossier d'Anne Fauquembergue

3 min

On en sait plus ce soir sur celles et ceux qui vont gouverner l'Allemagne post-Angela Merkel. Le SPD, les Verts et les libéraux ont conclu aujourd'hui un accord gouvernemental, 2 mois après leur victoire électorale.  Le social-démocrate Olaf Scholz sera le futur chancelier qui succédera à Angela Merkel. Les Verts héritent des affaires étrangères et de la vice-chancellerie, et les Libéraux s'occuperont des finances.