Angela Merkel et Mikhaïl Gorbatchev le 15 octobre 2007 à Wiesbaden en Allemagne lors d'une réunion du "Dialogue de Saint-Pétersbourg"
Angela Merkel et Mikhaïl Gorbatchev le 15 octobre 2007 à Wiesbaden en Allemagne lors d'une réunion du "Dialogue de Saint-Pétersbourg" ©AFP - MIKHAIL KLIMENTYEV / POOL
Angela Merkel et Mikhaïl Gorbatchev le 15 octobre 2007 à Wiesbaden en Allemagne lors d'une réunion du "Dialogue de Saint-Pétersbourg" ©AFP - MIKHAIL KLIMENTYEV / POOL
Angela Merkel et Mikhaïl Gorbatchev le 15 octobre 2007 à Wiesbaden en Allemagne lors d'une réunion du "Dialogue de Saint-Pétersbourg" ©AFP - MIKHAIL KLIMENTYEV / POOL
Publicité

De Joe Biden à Olaf Scholz en passant par Emmanuel Macron, les dirigeants occidentaux saluent la mémoire de Mikhaïl Gorbatchev, l'ultime président de l'Union soviétique, disparu hier à Moscou. L'ancienne chancelière allemande Angela Merkel, qui a grandi en RDA, a exprimé une émotion personnelle.

Il n'y a ce soir aucune fausse note dans les hommages rendus en Occident à Mikhaïl Gorbatchev, disparu hier à l'âge de 91 ans. Pour le président américain Joe Biden, le dernier dirigeant de l'Union soviétique était un leader rare qui a laissé un monde plus sûr. En France, Emmanuel Macron salue un homme de paix. Tandis qu'en Allemagne, le chancelier Olaf Scholz évoque celui qui a tenté d'établir la démocratie en Russie.
Au-delà de ces hommages convenus, on retiendra l'émotion d'Angela Merkel. L'ancienne chancelière allemande a vécu en RDA jusqu'à la chute du mur de Berlin le 9 novembre 1989. Ce jour-là, Gorbatchev a écrit l'histoire en refusant d'envoyer l'Armée rouge sauver le régime communiste est-allemand. "Il a changé ma vie", dit ce soir Angela Merkel. Ce sentiment, beaucoup d'Allemands le partagent.

Le reportage à Berlin de Nathalie Versieux

1 min

Autre émotion, cette fois en Bulgarie. Jusqu'en 1989, le pays balkanique faisait aussi partie de ce que l'on appelait le bloc soviétique, il était même question qu'il devienne la 16e république soviétique. Les Bulgares ont retrouvé la démocratie après la chute du mur de Berlin. Et le pays rend hommage à Mikhaïl Gorbatchev, même si le dernier dirigeant de l'URSS ne faisait pas forcément l'unanimité à Sofia.

Publicité

Le reportage à Sofia de Damian Vodenitcharov

1 min

Les grandes dates de la carrière politique de Mikhaïl Gorbatchev
Les grandes dates de la carrière politique de Mikhaïl Gorbatchev
© Visactu

Salué en Occident, Mikhaïl Gorbatchev n'était pas un ami de l'Ukraine. Il avait approuvé en 2014 l'annexion de la Crimée par la Russie, ce qui lui avait valu d'être interdit d'entrée sur le territoire ukrainien.
L'Ukraine qui doit tout de même son indépendance à la chute de l'Union soviétique en 1991. Aujourd'hui, le pays se bat contre l'envahisseur russe. Et elle peut compter sur le renfort de plusieurs centaines de volontaires étrangers. C'est le cas de Markus, un jeune Français originaire de la région parisienne. Il combat au sein d'une brigade rattachée à la Défense territoriale ukrainienne. Le reportage de notre envoyée spéciale en Ukraine Valérie Crova.

Les autres titres du journal

Le dossier de la rédaction nous emmène ce soir en Israël, avec un phénomène qui pourrait changer le visage de l'économie et de la société israélienne dans les prochaines années. Les juifs ultra-orthodoxes, qu'on appelle haredim, sont de plus en plus nombreux à travailler dans la high tech, le secteur des nouvelles technologies. Cette industrie florissante leur permet de conserver un mode de vie religieux très rigide au sein d'un pays qui se targue d'être une "Start Up Nation". Le reportage de notre correspondant Frédéric Métézeau débute à Bnei Brak, 213 000 habitants, c'est la plus grande ville orthodoxe d'Israël en banlieue de Tel Aviv.

C'est le premier séminaire gouvernemental du second quinquennat d'Emmanuel Macron. Le président et la Première ministre Elisabeth Borne réunissaient cet après-midi le gouvernement au grand complet à l'Elysée. Au menu, la question écologique que l'exécutif veut mettre au coeur de toutes les politiques publiques. Un homme devrait incarner cette ambition présidentielle, le nouveau ministre de la transition écologique Christophe Béchu. Mais curieusement, ce proche d'Edouard Philippe est particulièrement discret depuis sa nomination début juillet. L'analyse de Stéphane Robert dans ce journal.

Ce séminaire gouvernemental ne suffira pas à calmer l'impatience de Marine Le Pen. La patronne des députés RN demande à Elisabeth Borne une session extraordinaire du Parlement sur la crise énergétique. Elle a posté sur Twitter la lettre adressée à la Première ministre. Marine Le Pen met en cause "l'inefficacité flagrante du gouvernement face à cette crise énergétique".

L'affaire Hassan Iquioussen se complique ce soir. Depuis que le Conseil d'Etat a validé hier son expulsion, l'imam marocain proche des Frères musulmans est introuvable. Les policiers venus l'interpeller hier soir à son domicile de Lourches près de Valenciennes ont fait chou blanc. Il pourrait avoir pris la fuite en Belgique. C'est la piste privilégiée par le préfet des Hauts-de-France lors d'une conférence de presse. Et pour compliquer un peu plus ce dossier, le Maroc a suspendu le laissez-passer consulaire permettant l'expulsion de l'imam Iquioussen. Les autorités marocaines reprochent à la France un manque de concertation, elles pointent une décision d'expulsion "unilatérale".