Mohammed Ben Salemane, dont c'est la 1ère visite en France depuis l'assassinat du journaliste critique Jamal Khashoggi, le 28 juillet 2022 ©AFP - Louisa GOULIAMAKI
Mohammed Ben Salemane, dont c'est la 1ère visite en France depuis l'assassinat du journaliste critique Jamal Khashoggi, le 28 juillet 2022 ©AFP - Louisa GOULIAMAKI
Mohammed Ben Salemane, dont c'est la 1ère visite en France depuis l'assassinat du journaliste critique Jamal Khashoggi, le 28 juillet 2022 ©AFP - Louisa GOULIAMAKI
Publicité
Résumé

La visite et le diner ce soir à l'Élysée entre le prince héritier saoudien Mohammed Ben Salmane et Emmanuel Macron. Une visite qui choque les défenseurs des droits de l'homme vous l'entendrez. La France cherche, elle à apaiser ses liens avec le royaume producteur de pétrole.

En savoir plus

L'embarras est palpable à Matignon et à l'Élysée. Comment accueillir, réhabiliter le prince héritier saoudien Mohammed Ben Salmane, dont c'est la première visite en France depuis l'assassinat du journaliste critique Jamal Khashoggi tout en faisant comme si de rien n'était face à celui, MBS qui a été banni par les pays occidentaux après ce crime barbare. La question ne sera pas mise de côté. Emmanuel Macron abordera en termes généraux la "question des droits de l'homme" avec MBS promet l'Élysée. Elle sera au menu de leur diner ce soir mais pas seulement car la France cherche avant tout à diversifier ses sources d'énergie en pleine guerre en Ukraine.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

.
.
© Visactu

Les autres titres du journal

Y a-t-il des risques de voir la première économie mondiale plongée dans la récession ? Le produit intérieur brut des Etats-Unis s'est de nouveau contracté au 2ème semestre. Ce qui fait 2 trimestres de recul du PIB et donc une crainte de récession. Pas d'emballement commente le président Joe Biden pour qui l'économie américaine reste sur le bon chemin.

Publicité

Les recours au cabinet de conseil Mac Kinsey par le gouvernement avaient crée la polémique avant l'élection présidentielle. Un parfum de scandale qui a poussé l'exécutif à se pencher sur le sujet. Le gouvernement qui doit publier de nouvelles règles qui encadreront dès l'année prochaine les prestations confiées au secteur privé par les ministères promet la transparence. Le gouvernement reprend la main sur ce dossier et s'engage à plafonner chaque mission confiées des cabinets privés à 2 millions d'euros.

Un homme de 44 ans suspecté d'avoir provoqué 8 départs de feu près d'Aubenas en Ardèche a été placé en garde à vue.
Après avoir nié les faits, l'homme est passé aux aveux confronté à de nombreux témoignages recueillis par les enquêteurs qui ont permis d'identifier avec certitude la présence de son véhicule sur les lieux. Ce sont 1 200 hectares de végétation qui ont brûlés en Ardèche. Le feu est désormais fixé. Dans l'Hérault, c'est un pompier volontaire qui vient d'être arrêté et avoué être "pyromane" depuis trois ans, pour "l'adrénaline". Les incendies du début de l'été en France ne sont pas tous criminels. La gendarmerie nationale estime que 10% des feux seraient volontaires.