Les forces de sécurité algériennes utilisent un canon à eau pour disperser des étudiants participant à une manifestation antigouvernementale dans la capitale, Alger, le 9 avril 2019.
Les forces de sécurité algériennes utilisent un canon à eau pour disperser des étudiants participant à une manifestation antigouvernementale dans la capitale, Alger, le 9 avril 2019.
Les forces de sécurité algériennes utilisent un canon à eau pour disperser des étudiants participant à une manifestation antigouvernementale dans la capitale, Alger, le 9 avril 2019. ©AFP - STRINGER
Les forces de sécurité algériennes utilisent un canon à eau pour disperser des étudiants participant à une manifestation antigouvernementale dans la capitale, Alger, le 9 avril 2019. ©AFP - STRINGER
Les forces de sécurité algériennes utilisent un canon à eau pour disperser des étudiants participant à une manifestation antigouvernementale dans la capitale, Alger, le 9 avril 2019. ©AFP - STRINGER
Publicité
Résumé

Des milliers d'étudiants ont à nouveau manifesté dans les rues d'Alger aujourd'hui. Signe qu'ils rejettent la nomination d'Abdelkader Bensalah, figure du "système Bouteflika" comme président par intérim.

En savoir plus

Une semaine après la démission forcée d'Abdelaziz Bouteflika, Abdelkader Bensalah a été nommé par le Parlement algérien au poste de président par intérim. Les Algériens qui continuent de manifester en masse pour réclamer le départ du "système" avaient pourtant clairement affiché leur refus de voir le président du Conseil de la nation (chambre haute du Parlement), prendre l'intérim.  Des milliers d'étudiants se sont rassemblés dans le centre d'Alger pour crier "Dégage Bensalah!" et "Système dégage".

Les autres titres du journal de 18 heures

Quand le Brexit aura-t-il lieu ? Theresa May tente d'obtenir un délai. Mais Emmanuel Macron qu'elle rencontre à l'instant semble moins conciliant qu'Angela Merkel. 

Publicité

Les relations commerciales entre Bruxelles et Washington se crispent à nouveau. Donald Trump réclame la fin des subventions européennes à Airbus, accusant l'Union européenne de profiter des Etats-Unis.

Quelques deux-cent-vingt parlementaires mobilisés contre la privatisation d'ADP veulent lancer un référendum d'initiative partagé. Il leur faut encore l'aval du Conseil Constitutionnel, et le soutien de quatre millions et demi de citoyens.