Le président du MoDem François Bayrou et la députée européenne Marielle de Sarnez participent à un rassemblement à la Mutualité, à Paris pendant la campagne des élections européennes. (24/05/19) ©AFP - CHRISTOPHE ARCHAMBAULT
Le président du MoDem François Bayrou et la députée européenne Marielle de Sarnez participent à un rassemblement à la Mutualité, à Paris pendant la campagne des élections européennes. (24/05/19) ©AFP - CHRISTOPHE ARCHAMBAULT
Le président du MoDem François Bayrou et la députée européenne Marielle de Sarnez participent à un rassemblement à la Mutualité, à Paris pendant la campagne des élections européennes. (24/05/19) ©AFP - CHRISTOPHE ARCHAMBAULT
Publicité
Résumé

Hier Sylvie Goulard, aujourd'hui François Bayrou et Marielle de Sarnez. Les auditions se succèdent dans le cadre de l'enquête sur les soupçons d'emploi fictifs du MoDem au Parlement européen.

En savoir plus

C'est l'affaire qui embarrasse Sylvie Goulard, désignée hier pour prendre en charge un vaste portefeuille économique au sein de la prochaine Commission européenne.  Même si elle a quitté le MoDem, elle a dû répondre hier aux questions des policiers, sur les soupçons d'emploi fictif d'un de ses assistants, lorsqu'elle était eurodéputée. Et aujourd'hui, c'est au tour de Marielle de Sarnez et François Bayrou d'être auditionnés. En 2017, l'affaire les avait conduit tous les 3 à démissionner du gouvernement, moins d'un mois après leur nomination.  Depuis l'enquête s'est poursuivie et le dossier des enquêteurs s'est étoffé.

Les autres titres du journal de 18h

Le futur code de justice pénale des mineurs prévoit une présomption de non discernement pour les moins de 13 ans, un jugement en deux temps, une mise à l'épreuve éducative. La garde des Sceaux promet plus de "lisibilité" et d'"efficacité", mais la réforme est contestée dans le monde judiciaire.

Publicité

La promesse du premier ministre israélien d'annexer la vallée du Jourdain ne passe pas dans les territoires palestiniens. A Ramallah, siège de l’Autorité Palestinienne, cette promesse électorale signe l’arrêt de mort de la solution à deux-Etats.

La Bourse de Hong Kong veut racheter la Bourse de Londres et met 32 milliards de livres sur la table. Le London Stock Exchange réagit tièdement.