Des ambulances du Croissant rouge syrien attendent de pouvoir évacuer des civils de l'enclave rebelle de la Ghouta orientale (28/02/18)
Des ambulances du Croissant rouge syrien attendent de pouvoir évacuer des civils de l'enclave rebelle de la Ghouta orientale (28/02/18) ©AFP - Ammar Safarjalani / XINHUA
Des ambulances du Croissant rouge syrien attendent de pouvoir évacuer des civils de l'enclave rebelle de la Ghouta orientale (28/02/18) ©AFP - Ammar Safarjalani / XINHUA
Des ambulances du Croissant rouge syrien attendent de pouvoir évacuer des civils de l'enclave rebelle de la Ghouta orientale (28/02/18) ©AFP - Ammar Safarjalani / XINHUA
Publicité

Pendant que les uns et les autres se renvoient la responsabilité de l'échec de la trêve humanitaire en Syrie, les civils continuent d'en payer le prix fort.

Des combats au sol se poursuivent dans la partie rebelle de la Ghouta orientale, à l'est de Damas.  La trêve quotidienne de 5h décrétée par la Russie n'est toujours pas respectée.  La France appelle les alliés de Bachar al Assad à exercer "une pression maximale" sur le régime syrien, afin qu'il respecte la résolution de l'Onu pour une trêve humanitaire en Syrie. Mais le chef de la diplomatie russe Serguei Lavrov affirme que la Russie continuera à soutenir l'armée syrienne pour "éradiquer la menace terroriste", et il appelle les rebelles à agir pour que la trêve fonctionne.

Les autres titres du journal 

Brexit : il faut accélérer les négociations, explique Michel Barnier au nom de l'Union Européenne. Le projet de traité de divorce est inacceptable en l'état, réplique la britannique Teresa May, qui rejette les dispositions concernant l'Irlande du Nord.   

Publicité

Les malades en fin de vie doivent pouvoir librement disposer de leur corps. C'est le message que veulent faire passer 156 députés, issues en grande partie de la majorité. Ils réclament une nouvelle loi cette année.   

L'assurance chômage devrait quasiment revenir à l'équilibre à l'horizon 2019. L'Unedic se félicite de sa bonne gestion, mais ses prévisions ne tiennent pas compte de la future indemnisation des salariés démissionnant en vue d'une reconversion.

L'historien Pierre Milza, l'un des meilleurs spécialistes du fascisme et de l'Italie des XIXe et XXe siècles, est mort à 85 ans.  Jean-Noël Jeanneney lui rend hommage. 

L'équipe