Donald Trump à la maison blanche, à Washington, le 13 octobre 2017
Donald Trump à la maison blanche, à Washington, le 13 octobre 2017 ©AFP - BRENDAN SMIALOWSKI
Donald Trump à la maison blanche, à Washington, le 13 octobre 2017 ©AFP - BRENDAN SMIALOWSKI
Donald Trump à la maison blanche, à Washington, le 13 octobre 2017 ©AFP - BRENDAN SMIALOWSKI
Publicité

Pour François Heisbourg, conseiller spécial de la Fondation pour la recherche stratégique et invité de ce journal, l'annonce de Donald Trump de ne plus certifier l'accord sur le nucléaire iranien, est très inquiétante pour le Proche et le Moyen-Orient.

Avec
  • François Heisbourg Conseiller spécial à l’ISS (International Institute for Strategic Studies), conseiller spécial du président de la Fondation pour la recherche stratégique (FRS)

Donald Trump a été très offensif ce soir, dans un discours à la Maison Blanche. Il cible l'Iran, et son "régime fanatique", et annonce qu'il ne certifie plus l'accord de 2015 sur le programme nucléaire iranien, signé à Vienne. Il se réserve même le droit de le dénoncer, unilatéralement, à l'avenir. Les réactions internationales à cette déclaration sont très nombreuses. Le président Français, notamment, indique ce soir, qu'il envisage de se rendre à Téhéran, dans les prochaines semaines, à l'invitation de son homologue Hassan Rohani. Dans ce journal, la correspondance de Grégory Philipps, depuis Washington, et puis l'analyse de François Heisbourg, de la fondation pour la recherche stratégique.

Dans l'actualité également ce soir : l'élection d'Audrey Azoulay à la direction générale de l'Unesco. L'ancienne ministre française de la Culture a été élue, ce soir, à 2 voix près seulement, face au Qatari Hamad Al-Kawari. Son portrait, à suivre, par Nadine Epstain.

Publicité
© AFP - Vincent LEFAI, Kun TIAN

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

© AFP - Sabrina BLANCHARD, Paul DEFOSSEUX

Et puis la fin de la deuxième semaine d'audience au procès d'Abdelkader Merah. La preuve de la complicité du frère aîné de Mohammed Merah dans les attentats de 2012, n'est toujours pas faite, nous dira Florence Sturm.

L'équipe