Le président catalan Carles Puigdemont a signé une déclaration d'indépendance qu'il a aussitôt suspendue pour ouvrir un dialogue avec Madrid
Le président catalan Carles Puigdemont a signé une déclaration d'indépendance qu'il a aussitôt suspendue pour ouvrir un dialogue avec Madrid
Le président catalan Carles Puigdemont a signé une déclaration d'indépendance qu'il a aussitôt suspendue pour ouvrir un dialogue avec Madrid ©AFP - JOSEP LAGO
Le président catalan Carles Puigdemont a signé une déclaration d'indépendance qu'il a aussitôt suspendue pour ouvrir un dialogue avec Madrid ©AFP - JOSEP LAGO
Le président catalan Carles Puigdemont a signé une déclaration d'indépendance qu'il a aussitôt suspendue pour ouvrir un dialogue avec Madrid ©AFP - JOSEP LAGO
Publicité
Résumé

Le président catalan s'est montré prudent devant le parlement régional: il veut négocier avec Madrid tout en maintenant l'objectif, la souveraineté de la Catalogne. D'où la suspension de la déclaration d'indépendance. "Carles Puigdemont ne sait pas où il va", répond le gouvernement espagnol.

avec :

Maxime Forest (enseignant-chercheur à Sciences Po Paris, spécialiste des questions européennes).

En savoir plus

Dans ce journal, nous retrouverons Sébastien Berriot à Gérone, le fief électoral de Carles Puigdemont, et Marie-Hélène Ballestero à Madrid. Avec notre invité, l'enseignant-chercheur Maxime Forest, nous évoquerons les aspects polémiques du séparatisme catalan. Nous reviendrons aussi avec lui sur le discours de Carles Puigdemont.

Maxime Forest analyse la tactique et les ambiguïtés du nationalisme catalan

6 min

Importante mobilisation chez les fonctionnaires aujourd'hui en France, 209 000 manifestants selon la police, 400 000 pour la CGT. Une foule mobilisée contre les réformes du gouvernement. Le reportage d'Annabelle Grelier dans le cortège parisien.

Publicité

Premières sanctions administratives après l'attentat de Marseille le 1er octobre. Le ministre de l'intérieur Gérard Collomb limoge le préfet du Rhône, Henri-Michel Comet. Le jihadiste tunisien qui a tué deux jeunes filles devant la gare Saint-Charles avait été arrêté quelques jours avant pour un vol à l'étalage à Lyon. Mais il n'avait pas été placé en rétention.

Références

L'équipe

Stanislas Vasak
Journaliste