Ce week-end, les rues de Nice et de Dunkerque ne seront plus seulement vidées de leurs habitants le soir mais aussi en journée ©AFP - Valery Hache / AFP
Ce week-end, les rues de Nice et de Dunkerque ne seront plus seulement vidées de leurs habitants le soir mais aussi en journée ©AFP - Valery Hache / AFP
Ce week-end, les rues de Nice et de Dunkerque ne seront plus seulement vidées de leurs habitants le soir mais aussi en journée ©AFP - Valery Hache / AFP
Publicité
Résumé

Comme Nice, la ville nordiste devra rester sous cloche ce week-end, même si les libraires et les disquaires sont autorisés à rester ouverts. Les dépistages, les tests salivaires et le suivi des cas positif doivent aussi être renforcés dans le Dunkerquois.

avec :

Daniel Guillerm (président de la fédération nationale des infirmiers).

En savoir plus

Déjà privées de carnaval, les Niçois et les Dunkerquois devront à nouveau se munir d'une attestation de sortie pour prendre l'air ce week-end. Un coup dur pour beaucoup de commerçants notamment, déjà touchés par le couvre-feu ils ont dû se réorganiser pour compenser le manque à gagner d'ici lundi. Le reportage de Jérôme Jadot à Dunkerque. 

Les autres titres du journal

Quelques lueurs d'espoirs en ce qui concerne la vaccination,  avec des effets positifs chez les plus de 75 ans, selon Santé Publique France. Mais aussi une petite ombre au tableau : les soignants eux ne se bousculent pas pour recevoir leurs doses. On en parle avec notre invité Daniel Guillerm, président de la fédération nationale des infirmiers. 

Publicité

Daniel Guillerm : "On a une dynamique d'augmentation de la vaccination des soignants dans les Ehpad, même si les chiffres restent insuffisants"

4 min

Aux Etats-Unis, la publication d'un rapport déclassifié qui accable des responsables saoudiens. Les renseignements américains mettent directement en cause le prince héritier dans l'assassinat du journaliste Jamal Khashoggi. Les précisions de Loig Loury depuis New York.  

En Algérie enfin le retour des manifestants dans les rues, ce vendredi, deux ans après le début du Hirak. Une date qui compte, mais pas si évidente à honorer en temps de pandémie.