Selon le conseil de surveillance de Facebook, la suspension du compte de Donald Trump est légitime, car ce dernier a "créé un environnement où un risque sérieux de violence était possible" pendant l'invasion du Congrès le 6 janvier dernier
Selon le conseil de surveillance de Facebook, la suspension du compte de Donald Trump est légitime, car ce dernier a "créé un environnement où un risque sérieux de violence était possible" pendant l'invasion du Congrès le 6 janvier dernier ©Maxppp - Michael Reynolds
Selon le conseil de surveillance de Facebook, la suspension du compte de Donald Trump est légitime, car ce dernier a "créé un environnement où un risque sérieux de violence était possible" pendant l'invasion du Congrès le 6 janvier dernier ©Maxppp - Michael Reynolds
Selon le conseil de surveillance de Facebook, la suspension du compte de Donald Trump est légitime, car ce dernier a "créé un environnement où un risque sérieux de violence était possible" pendant l'invasion du Congrès le 6 janvier dernier ©Maxppp - Michael Reynolds
Publicité

Donald Trump reste six mois de plus à la porte de Facebook. Le conseil de surveillance du réseau social a confirmé la suspension temporaire du compte de l'ancien président américain, accusé d'avoir attisé la violence de ses partisans lors de l'invasion du capitole en janvier dernier.

Avec
  • Romain Badouard Maître de conférences et chercheur en sciences de l’information et de la communication à l’université Paris II Panthéon-Assas

Donald Trump reste persona non grata sur Facebook, provisoirement en tout cas. Le conseil de surveillance du réseau social a confirmé la suspension du compte de l'ancien président américain, décidée le 7 janvier dernier. L'instance, considérée comme "la cour suprême" du géant californien, réexaminera cependant le cas dans six mois. A Washington, le récit de Grégory Philipps.

Et pour aller plus loin sur les conséquences de cette décision, l'invité de ce journal est Romain Badouard chercheur à l’Institut Français de Presse, spécialiste des sciences de l’information

Publicité

Romain Badouard : "Ces réseaux sociaux n'ont pas été conçus pour être les arènes du débat public en démocratie. Mais ils le sont devenus".

4 min

Les autres titres du journal

Le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer est revenu sur les aménagements apportés au baccalauréat, perturbée cette année par la pandémie. En philosophie, c'est la meilleure note qui sera retenue entre celle du contrôle continue et l'écrit. Le grand oral, lui, est toujours d'actualité.   

Le psychodrame continue chez Les Républicains, le maire de Toulon Hubert Falco quitte le parti, à qui il reproche de refuser l'union face au Rassemblement national pour les élections régionales en PACA.

L'équipe