Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu (à gauche) et son rival centriste Benny Gantz
Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu (à gauche) et son rival centriste Benny Gantz
Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu (à gauche) et son rival centriste Benny Gantz ©AFP - RONEN ZVULUN, JACK GUEZ
Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu (à gauche) et son rival centriste Benny Gantz ©AFP - RONEN ZVULUN, JACK GUEZ
Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu (à gauche) et son rival centriste Benny Gantz ©AFP - RONEN ZVULUN, JACK GUEZ
Publicité
Résumé

Selon les premiers sondages effectués à la sortie des urnes, le Likoud du Premier ministre et le parti Bleu Blanc de l'ancien chef de l'armée israélienne sont pratiquement à égalité. Aucun bloc majoritaire ne semble se dessiner.

avec :

Dov Alfon (Journaliste, correspondant du quotidien Haaretz).

En savoir plus

Difficile ce soir de désigner un vainqueur dans les élections israéliennes, les deuxièmes en cinq mois. Les premières estimations donnent entre 31 et 33 sièges au Likoud de Netanyahu, alors que la formation centriste de Benny Gantz obtiendrait entre 32 et 34 des 120 sièges que compte la Knesset, le Parlement israélien. Quel que soit le vainqueur, il devra former une coalition pour atteindre la majorité fixée à 61 députés. Avec une dizaine de sièges, l'ultranationaliste laïc Avigdor Lieberman pourrait être le faiseur de roi de ce scrutin. Mais globalement, le rapport de force politique en Israël n'a pas vraiment évolué depuis le mois d'avril. Dans cette édition, les dernières tendances avec notre envoyé spécial à Tel-Aviv Omar Ouahmane, et le commentaire de notre invité, le journaliste israélien Dov Alfon, correspondant à Paris du Haaretz, l'un des principaux journaux en Israël.

Dov Alfon : "on est dans la même impasse qu'il y a cinq mois"

4 min

LES AUTRES TITRES DU JOURNAL

Publicité

En Espagne, sauf coup de théâtre, les électeurs retourneront aux urnes le 10 novembre prochain. Le socialiste Pedro Sanchez, vainqueur des dernières législatives en avril, n'a pas réussi à bâtir une nouvelle majorité. La correspondance à Madrid de Matthieu de Taillac.  

Le réchauffement climatique s'accélère selon des scientifiques français, il pourrait même atteindre les 7 degrés d'ici 2100 dans le pire des scénarios. Les explications de Véronique Rebeyrotte.