Photos des victimes du génocide rwandais exposées au Mémorial de Kigali, capitale du Rwanda
Photos des victimes du génocide rwandais exposées au Mémorial de Kigali, capitale du Rwanda
Photos des victimes du génocide rwandais exposées au Mémorial de Kigali, capitale du Rwanda ©Maxppp - Lv Tianran
Photos des victimes du génocide rwandais exposées au Mémorial de Kigali, capitale du Rwanda ©Maxppp - Lv Tianran
Photos des victimes du génocide rwandais exposées au Mémorial de Kigali, capitale du Rwanda ©Maxppp - Lv Tianran
Publicité
Résumé

La politique de la France a été une "faillite" et porte des responsabilités "accablantes" dans le génocide des Tutsis en 1994, selon le rapport de 15 historiens remis ce vendredi à l'Élysée, après deux ans de travail. La notion de "complicité" de Paris dans ces massacres est en revanche écartée.

En savoir plus

C'est un dossier qui empoisonne les relations entre la France et le Rwanda depuis 25 ans. Emmanuel Macron a reçu ce vendredi après-midi les conclusions du rapport de la commission d'historiens chargés d'éclairer sur le rôle de Paris avant, pendant et après le génocide des Tutsi au Rwanda. Plus d'un millier de pages qui pointent de façon accablante la responsabilité de l'hexagone. Pour en parler, l'invité de ce journal est Alain Gauthier. Lui et sa femme Dafroza ont créé en 2001 le Collectif des parties civiles pour le Rwanda, où ils se rendent régulièrement depuis plus de 20 ans pour collecter les témoignages de victimes et proches de victimes, et traduire en justice les génocidaires hutus réfugiés dans l'hexagone.

Alain Gauthier : "Ce rapport va pouvoir assainir les relations entre Paris et Kigali"

2 min

Le génocide de 1994 au Rwanda.
Le génocide de 1994 au Rwanda.
© AFP - Alain Bommenel, Paz Pizarro

À réécouter : France-Rwanda : ce que les archives ont à nous apprendre

À réécouter : Génocide des Tutsi au Rwanda : la France impliquée mais pas forcément là où on l'attendait

À lire aussi : Pourquoi vous ne pourrez plus jamais dire "le génocide rwandais"

Les autres titres du journal

En France, une situation sanitaire très inquiétante dans les écoles. Plus de 3 000 classes fermées ces 7 derniers jours, un record depuis la rentrée de septembre. Conséquence, le protocole sanitaire est renforcé dans les écoles des départements les plus touchés. Désormais, un seul cas de covid19 dans une classe entraînera sa fermeture, contre trois aujourd'hui.   

Publicité

L'ancienne cheffe du parquet national financier mise en cause, dans le cadre de l'affaire dite "des fadettes" :  Eliane Houlette soupçonnée de faute disciplinaire et de manquement à la déontologie. Le premier ministre Jean Castex a saisi le conseil supérieur de la magistrature.