Le ministre de la Santé Olivier Véran au chevet d'une patiente vaccinée dans un centre de vaccination de Nancy ce 19 janvier 2021
Le ministre de la Santé Olivier Véran au chevet d'une patiente vaccinée dans un centre de vaccination de Nancy ce 19 janvier 2021
Le ministre de la Santé Olivier Véran au chevet d'une patiente vaccinée dans un centre de vaccination de Nancy ce 19 janvier 2021 ©AFP - JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN
Le ministre de la Santé Olivier Véran au chevet d'une patiente vaccinée dans un centre de vaccination de Nancy ce 19 janvier 2021 ©AFP - JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN
Le ministre de la Santé Olivier Véran au chevet d'une patiente vaccinée dans un centre de vaccination de Nancy ce 19 janvier 2021 ©AFP - JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN
Publicité
Résumé

585 664 personnes vaccinées contre la Covid-19 ce soir en France, Jean Castex affirme que l'objectif du million de vaccinations d'ici la fin janvier sera tenu. Mais le Premier ministre a aussi admis que la France ne recevrait cette semaine que 320 000 doses au lieu des 520 000 initialement prévues.

avec :

Jean-Pierre Mas.

En savoir plus

La polémique sur la vaccination s'est invitée à l'Assemblée aujourd'hui lors de la séance des questions au gouvernement. La France reste en retard par rapport à ses voisins européens, en raison notamment d'un nombre insuffisant de doses de vaccins. Dans le Bas-Rhin par exemple, 4 des 13 centres de vaccination n'ouvriront que le 28 janvier au lieu de cette semaine. Il y a bien un problème d'approvisionnement qui a conduit Valérie Rabault, la présidente du groupe socialiste à l'Assemblée, à interpeller le Premier ministre.   

Valérie Rabault : "Où sont donc passées les doses ?"

22 sec

Jean Castex : "Cessez d'affoler !"

32 sec

La crise sanitaire a un premier impact sur la démographie française. Un impact mesuré par l'INSEE qui a publié aujourd'hui son bilan pour l'année 2020. 667 000 personnes sont mortes l'an dernier en France, 9% de plus qu'en 2019. L'excès de mortalité a été particulièrement marqué lors des deux vagues épidémiques, en avril-mai, puis à partir d'octobre.

Publicité

Conséquence de la crise sanitaire, le secteur du tourisme est pratiquement à l'arrêt en raison des restrictions de déplacement. La semaine dernière, le gouvernement a même renforcé le contrôle aux frontières en imposant un isolement de sept jours aux voyageurs arrivant d'un pays extérieur à l'Union européenne. Et les remontées mécaniques des stations de ski pourraient bien rester fermées pour les vacances de février. Invité de ce journal, Jean-Pierre Mas, président des Entreprises du voyage, principale organisation française dans le secteur des agences de voyages et des tour opérateurs. Sur les 35 000 salariés de la branche, 7000 pourraient perdre leur emploi, redoute Jean-Pierre Mas.

Jean-Pierre Mas : "Il n'y a plus d'activité dans notre secteur. La seule activité c'est de rembourser les clients"

5 min

La station de Villard-de-Lans, dans le Vercors, privée de ses skieurs le 5 janvier 2021
La station de Villard-de-Lans, dans le Vercors, privée de ses skieurs le 5 janvier 2021
© AFP - PHILIPPE DESMAZES

En Russie, le Kremlin a sèchement répondu aux critiques occidentales sur le cas d'Alexeï Navalny. Les Etats-Unis et l'Union européenne exigent la libération immédiate du principal opposant à Vladimir Poutine, immédiatement incarcéré dès son retour à Moscou dimanche. Le président russe a d'ores et déjà fait savoir qu'il ne tiendrait pas compte des demandes de libération qu'il qualifie d'ingérences.