Photo prise le 04/12/2015 montre un dessin d’enfant dans un mémorial improvisé devant la salle de concert du Bataclan en hommage aux victimes des attentats.
Photo prise le 04/12/2015 montre un dessin d’enfant dans un mémorial improvisé devant la salle de concert du Bataclan en hommage aux victimes des attentats.
Photo prise le 04/12/2015 montre un dessin d’enfant dans un mémorial improvisé devant la salle de concert du Bataclan en hommage aux victimes des attentats. ©AFP - JOEL SAGET / AFP
Photo prise le 04/12/2015 montre un dessin d’enfant dans un mémorial improvisé devant la salle de concert du Bataclan en hommage aux victimes des attentats. ©AFP - JOEL SAGET / AFP
Photo prise le 04/12/2015 montre un dessin d’enfant dans un mémorial improvisé devant la salle de concert du Bataclan en hommage aux victimes des attentats. ©AFP - JOEL SAGET / AFP
Publicité
Résumé

Le président de la cour d’assises spéciale de Paris a accepté de diffuser trois extraits audio et une vingtaine de photographies de la scène du Bataclan.

avec :

Denis Labayle (auteur).

En savoir plus

Vingt minutes pour entendre et regarder l'horreur : au procès des attentats du 13 novembre cet après-midi, le président de la cour d’assises a accepté de diffuser trois extraits audio et une vingtaine de photographies de la scène du Bataclan. "Indispensables à la manifestation de la vérité" pour de nombreuses parties civiles, même si certaines y étaient opposées. La salle d’audience qui retenait son souffle, était remplie pour ces quelques minutes qui ont ramené le procès au cœur des attentats. C’était une demande de l’association Life for Paris, dont le président Arthur Dénouveaux, lui-même rescapé du Bataclan, était bien sûr présent à l’audience.

Au cent-quatrième jour d'audience

1 min

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Les autres titres du journal

Un décret officiel a été publié aujourd'hui sur la captation audiovisuelle des audiences. C'était l’une des mesures phares de la loi pour la confiance dans l'institution judiciaire.

Publicité

ll y a vingt ans, le 1er avril 2002, les Pays-Bas devenaient le premier pays au monde à légaliser l'euthanasie sous conditions. En France, le sujet revient souvent au centre des débats, notamment à l'approche d'élections. Demain, une manifestation est prévue à Paris pour le droit à l’euthanasie, organisée par l'association "Le Choix : Citoyens pour une mort choisie". Notre invité ce soir est le docteur Denis Labayle, l'un des rares médecins en France à défendre depuis plus de 20 ans, le droit des êtres humains à choisir leur fin de vie. Il est également ancien chef de service hospitalier et auteur du livre intitulé Le médecin, la liberté et la mort.

Denis Labayle, ancien chef de service hospitalier ; auteur de « Le médecin, la liberté et la mort ».

4 min

En Ukraine : le cessez-le feu à Marioupol a permis hier à un convoi humanitaire de quitter la ville portuaire assiégée.

Aux Etats-Unis : création à New York du premier syndicat chez Amazon. C'est une première depuis la création de l’entreprise il y a presque trente ans.