"Une attaque rapide" sur Kiev par l'armée russe est possible à tout moment, selon Jake Sullivan, le conseiller de la Maison Blanche pour la sécurité nationale.
"Une attaque rapide" sur Kiev par l'armée russe est possible à tout moment, selon Jake Sullivan, le conseiller de la Maison Blanche pour la sécurité nationale.
"Une attaque rapide" sur Kiev par l'armée russe est possible à tout moment, selon Jake Sullivan, le conseiller de la Maison Blanche pour la sécurité nationale. ©Maxppp - Shawn Thew
"Une attaque rapide" sur Kiev par l'armée russe est possible à tout moment, selon Jake Sullivan, le conseiller de la Maison Blanche pour la sécurité nationale. ©Maxppp - Shawn Thew
"Une attaque rapide" sur Kiev par l'armée russe est possible à tout moment, selon Jake Sullivan, le conseiller de la Maison Blanche pour la sécurité nationale. ©Maxppp - Shawn Thew
Publicité
Résumé

La Russie a désormais déployé suffisamment de soldats à la frontière pour envahir l'Ukraine, estime la Maison Blanche.

En savoir plus

Selon Washington, les attaques russes commenceraient très probablement par des bombardements aériens. 3 000  soldats supplémentaires sont actuellement en route vers la Pologne, en soutien aux alliés de l'OTAN. Les ressortissants américains, britanniques et norvégiens sont quant à eux invités à quitter le territoire ukrainien dans les 48 heures. Joe Biden et Emmanuel Macron doivent s'entretenir avec Vladimir Poutine samedi, dans la journée.

.
.
© AFP - Sabrina BLANCHARD, Gal ROMA

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Les autres titres du journal

Les convois de la liberté sont en route vers Paris, où les opposants au pass vaccinal entendent manifester dans la journée de samedi. Lors d'un entretien accordé au quotidien Ouest France, Emmanuel Macron a appelé au "plus grand calme" et à la "bienveillance collective".

Publicité

Sans remettre en question le pass vaccinal, le gouvernement se dirige vers un allègement des mesures sanitaires : un retour à la normale dans les écoles dès la rentrée, l'abandon du masque dans les espaces clos, ainsi que l'assouplissement des contrôles aux frontières pour les ressortissants de l'union européenne.

Quelle place pour le handicap dans la campagne présidentielle ? À l'occasion des 17 ans de la loi du 11 février 2005 pour l'égalité des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, plusieurs associations se sont mobilisées autour de cette question et de son intégration aux programmes des différents candidats. Elles sont allées à la rencontre des partis politiques pour les sensibiliser à ces thématiques et leur soumettre 17 propositions. Aliénor Vappereau, de la Confédération Française pour la Promotion Sociale des Aveugles et Amblyopes, est l'invité de journal.

Aliénor Vappereau : "Cela a été une loi importante. Malheureusement..."

5 min

Cela a été une loi importante qui a permis de cadrer les choses et aurait donc dû aboutir à de grandes évolutions au niveau de la prise en compte du handicap dans la société. Et qui en réalité, malheureusement, ne s'est pas traduite par des faits concrets, du moins pas autant que nous l'aurions souhaité. Sur l'accessibilité de l'école, la loi prévoyait l'école inclusive de proximité. Malheureusement, les moyens n'ont pas suivi. Elle prévoyait également l'obligation à l'accessibilité numérique, mais il n'y avait pas les sanctions. Elle prévoyait également la non discrimination dans l'emploi. On voit bien que cela existe encore parce que là encore tous les moyens ne sont pas mis à disposition pour que les choses s'arrangent. Nous avons visité 7 QG de partis politiques principaux dans la journée. Partout nous avons été écoutés et les personnes qui nous ont reçus, sensibilisées au handicap visuel, ont été sensibles à ce que nous leur avons dit et nous ont fait part de leur souhait d'améliorer les choses, notamment en permettant une meilleure accessibilité numérique. C'est probablement un enjeu central.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.