Photo publiée par le ministère de l'Intérieur de la République autoproclamée de Transdniestrie après l'explosion visant une antenne radio, le 26 avril 2022
Photo publiée par le ministère de l'Intérieur de la République autoproclamée de Transdniestrie après l'explosion visant une antenne radio, le 26 avril 2022
Photo publiée par le ministère de l'Intérieur de la République autoproclamée de Transdniestrie après l'explosion visant une antenne radio, le 26 avril 2022 ©AFP - Handout / Transnistrian Interior Ministry
Photo publiée par le ministère de l'Intérieur de la République autoproclamée de Transdniestrie après l'explosion visant une antenne radio, le 26 avril 2022 ©AFP - Handout / Transnistrian Interior Ministry
Photo publiée par le ministère de l'Intérieur de la République autoproclamée de Transdniestrie après l'explosion visant une antenne radio, le 26 avril 2022 ©AFP - Handout / Transnistrian Interior Ministry
Publicité
Résumé

Les explosions de ce mardi dans la région moldave de Transnistrie ont détruit deux antennes dans un village proche de la frontière ukrainienne. L'Ukraine accuse les Russes de chercher à "déstabiliser" la région séparatiste.

avec :

Pascal Perrineau (Politologue et professeur des Universités à Sciences Po, ancien directeur du CEVIPOF).

En savoir plus

Est-ce un nouveau front de la guerre russe ? La France adresse son soutien à la Moldavie, après une série d'explosions ce mardi en Transnistrie, une région séparatiste prorusse à la frontière avec l'Ukraine. Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, pointe les "risques de déstabilisation". La présidente moldave, Maïa Sandu, appelle au calme et renforce la sécurité dans son pays.

Des explosions dans la région de Transdniestrie en Moldavie, à la frontière avec l'Ukraine
Des explosions dans la région de Transdniestrie en Moldavie, à la frontière avec l'Ukraine
© AFP - Sophie RAMIS, Sylvie HUSSON

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Les autres titres du journal

La vie politique française en plein remaniement, après la réélection d'Emmanuel Macron à la présidence de la République. Les partis déterminent leur stratégie pour les élections législatives des 12 et 19 juin prochains.

Publicité

Le parti Les Républicains opte pour l'indépendance. Le conseil stratégique de LR a rejeté ce mardi les alliances avec le mouvement d'Emmanuel Macron ou avec l'extrême droite de Marine Le Pen ou Eric Zemmour. Christian Jacob, président de LR, veut "un groupe parlementaire indépendant".

Quelle place pour les deux partis dits "de gouvernement", Les Républicains et le Parti Socialiste, après la déroute de leurs candidates à l'élection présidentielle ? Selon Pascal Perrineau, professeur émérite des universités à SciencesPo Paris et auteur de "Cette France de gauche qui vote FN" (Seuils, 2017), le "grand défi" de ces deux partis est "d'organiser la résilience". Le politologue qualifie le choix de l'indépendance, côté LR, de "difficile".

Pascal Perrineau : Pour LR et le PS, "le grand défi des élections législatives est d'organiser la résilience"

5 min

L'Etat condamné à payer pour des dégradations lors des manifestations des "gilets jaunes". Le tribunal administratif de Toulouse a rendu ce mardi cette décision inédite en France. L'Etat doit indemniser la ville et la métropole de Toulouse, pour un peu plus de 1,2 million d'euros. Cette condamnation comble un vide juridique, selon le maire LR de Toulouse, Jean-Luc Moudenc.