Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, Emmanuel Macron et le chancelier allemand Olaf Scholz ©AFP - KAY NIETFELD / DPA / DPA PICTURE-ALLIANCE
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, Emmanuel Macron et le chancelier allemand Olaf Scholz ©AFP - KAY NIETFELD / DPA / DPA PICTURE-ALLIANCE
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, Emmanuel Macron et le chancelier allemand Olaf Scholz ©AFP - KAY NIETFELD / DPA / DPA PICTURE-ALLIANCE
Publicité
Résumé

Le président français était en Ukraine aujourd'hui pour une visite historique avec l'Allemand Olaf Scholz, l'Italien Mario Draghi et le Roumain Klaus Iohannis . Les quatre pays soutiennent la candidature ukrainienne à l'Union européenne.

En savoir plus

Une visite pour l'histoire. Les dirigeants des trois premières puissances de l'Union européenne étaient à Kiev aujourd'hui pour apporter leur soutien à l'Ukraine. Le président français Emmanuel Macron, le chancelier allemand Olaf Scholz et le chef du gouvernement italien Mario Draghi. A leurs côtés, le président roumain Klaus Iohannis. Alors que les envahisseurs russes intensifient leur offensive destructrice sur le Donbass, les quatre hommes sont venus apporter un message d'espoir au président ukrainien Volodymyr Zelensky. Ils souhaitent que l'Ukraine bénéficie du statut de candidat immédiat à l'adhésion à l'Union européenne. Invité du journal de 20h de TF1 depuis Kiev, Emmanuel Macron a tenu à expliquer sa politique ukrainienne, et notamment sa déclaration polémique sur sa volonté de ne pas "humilier" la Russie de Vladimir Poutine. Le chef de l'Etat se défend de toute complaisance à l'égard du président russe.

Dans son conflit avec l'Occident, la Russie n'hésite pas à brandir l'arme du gaz. Nouvelle illustration aujourd'hui au forum économique de Saint-Pétersbourg. Il y aura du gaz pour tout le monde, affirme le patron de Gazprom, le géant gazier russe. Du moins pour les amis de la Russie, a précisé Alexeï Miller. Déclarations fracassantes alors que Gazprom réduit progressivement ses livraisons aux Occidentaux

Publicité

Les autres titres du journal

A trois jours du second tour des élections législatives, Jean-Luc Mélenchon relance son appel aux "fâchés pas fachos", cette fameuse expression désignant les électeurs du Rassemblement National qui ne partageraient pas finalement les idées d'extrême droite.
Le chef de file de la Nupes, l'alliance des forces de gauche, était l'invité de France Bleu aujourd'hui. Il est revenu sur son lapsus commis lundi soir sur le plateau du journal de 20h de France 2 où il avait inversé les deux termes en évoquant les "fachos pas fâchés". "J'étais crevé", s'est justifié Jean-Luc Mélenchon qui demande à ces "fâchés pas fachos" de ne pas voter RN, car "ça ne sert strictement à rien".

A droite, le parti Les Républicains veut rebondir dimanche après l'échec cinglant de Valérie Pécresse à la présidentielle, 4,78% des voix. Première étape dimanche dernier lors du premier tour, LR a doublé le score de sa candidate à l'Elysée, en obtenant 10,42% des voix. 76 candidats du parti sont qualifiés pour le deuxième tour. LR espère faire élire entre 50 et 60 députés. Et si Ensemble, la coalition macroniste, n'obtient pas la majorité absolue à l'Assemblée, les Républicains comptent jouer un rôle central pour apporter au cas par cas leur soutien au camp présidentiel. Invitée de ce journal, Agnès Evren, vice-présidente de LR et députée européenne.

Agnès Evren : "Nous allons aiguillonner ce gouvernement vers des réformes essentielles"

6 min

Agnès Evren lors du lancement de la campagne législative de LR le 7 mai 2022 à Paris
Agnès Evren lors du lancement de la campagne législative de LR le 7 mai 2022 à Paris
© Maxppp - Vincent Isore IP3 PRESS

Laurent Berger réélu à la tête de la CFDT. Le secrétaire général sortant était l'unique candidat à sa succession aujourd'hui au congrès de Lyon. Il a obtenu 96,68% des voix. Laurent Berger, 53 ans, dirige la CFDT depuis 2012. Il a d'ores et déjà annoncé qu'il ne terminerait pas son mandat de quatre ans. Marylise Léon, sa secrétaire générale adjointe depuis 2018, est pressentie pour lui succéder.