Le logo du géant russe de l'énergie Gazprom sur une station-service à Sofia en Bulgarie le 27 avril 2022
Le logo du géant russe de l'énergie Gazprom sur une station-service à Sofia en Bulgarie le 27 avril 2022
Le logo du géant russe de l'énergie Gazprom sur une station-service à Sofia en Bulgarie le 27 avril 2022 ©AFP - NIKOLAY DOYCHINOV
Le logo du géant russe de l'énergie Gazprom sur une station-service à Sofia en Bulgarie le 27 avril 2022 ©AFP - NIKOLAY DOYCHINOV
Le logo du géant russe de l'énergie Gazprom sur une station-service à Sofia en Bulgarie le 27 avril 2022 ©AFP - NIKOLAY DOYCHINOV
Publicité
Résumé

Les ministres européens de l'énergie anticipent l'arrêt complet des livraisons dans les prochaines semaines. Coupables de soutenir l'Ukraine, la Pologne et la Bulgarie sont déjà privées de gaz russe. L'UE refuse de payer en roubles la facture exigée par Moscou.

avec :

David Rigoulet-Roze (Chercheur à l'Institut Français d'Analyse Stratégique (IFAS) et chercheur associé à l'IRIS. Rédacteur en chef de la revue Orients Stratégiques.).

En savoir plus

L'Union européenne doit se préparer à renoncer au gaz russe, affirment la Commission de Bruxelles et la présidence française de l'UE. Message délivré ce soir à l'issue d'une réunion d'urgence des ministres de l'énergie des 27 Etats membres. Les Européens refusent de céder aux exigences de Moscou qui veut être payé en roubles. La Russie est furieuse contre l'UE qui a choisi de soutenir militairement l'Ukraine envahie par les soldats de Vladimir Poutine. Gazprom a d'ores et déjà arrêté ses livraisons de gaz russe à la Pologne et à la Bulgarie. Et d'autres pays européens sont sur la liste des représailles de Moscou.

Sur le plan diplomatique, on retiendra ce soir la polémique suscitée par les dernières déclarations du ministre russe des Affaires étrangères : "je peux me tromper, mais Hitler avait aussi du sang juif", a dit Sergueï Lavrov dans une interview accordée à la chaîne de télé italienne Rete Quattro. Allusion grossière aux origines juives du président ukrainien Volodymyr Zelensky alors que Moscou veut "dénazifier" l'Ukraine. Israël a aussitôt condamné cette petite phrase : "des propos scandaleux, impardonnables, une horrible erreur historique", selon les mots du chef de la diplomatie israélienne Yaïr Lapid. L'invasion de l'Ukraine a jeté un froid dans les relations entre la Russie et Israël. Après avoir longtemps ménagé Moscou, l'Etat hébreu penche désormais du côté ukrainien : il va livrer des équipements militaires défensifs à Kiev. Mais Israël ne peut pas se permettre de rompre totalement avec la Russie. Les Russes, qui contrôlent l'espace aérien syrien, laissent les Israéliens bombarder des groupes pro-iraniens présents en Syrie. Invité de ce journal, David Rigoulet-Roze, chercheur à l’Institut français d'analyse stratégique, chercheur associé à l'IRIS, et rédacteur en chef de la revue Orients stratégiques, 

Publicité

David Rigoulet-Roze : "Israël entretient des intérêts stratégiques avec Moscou"

7 min

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov (à gauche) et son homologue israélien Yaïr Lapid
Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov (à gauche) et son homologue israélien Yaïr Lapid
© AFP - YURI KOCHETKOV

Les autres titres du journal

Face à la hausse des nouveaux cas, la Chine maintient sa politique zéro Covid. Après Shanghai, c'est Pékin qui pourrait subir un implacable confinement. Le nombre de contaminations est très faible dans la capitale, mais suffisant aux yeux des autorités chinoises pour imposer aux 21 millions d'habitants de nouvelles restrictions sanitaires. Les restaurants sont notamment fermés, comme a pu le constater notre correspondant Sébastien Berriot.   

En France, l'actualité reste dominée ce soir par les négociations à gauche en vue des élections législatives. Un accord a été trouvé à l'aube entre la France insoumise de Jean-Luc Mélenchon et les écologistes. Le pôle écologiste autour d'EELV aura des candidats dans une centaine de circonscriptions, dont une trentaine sont considérées comme gagnables. LFI espère maintenant trouver un accord avec les socialistes et les communistes. L'idée, c'est de regrouper la gauche sous la bannière de l'Union populaire écologique et sociale. Les Insoumis discutent ce soir avec le PS, et les points de divergence restent nombreux, notamment sur l'Europe.

Plusieurs centaines de policiers ont manifesté leur colère aujourd'hui dans la plupart des grandes villes. Ils dénoncent la mise en examen de l'un des leurs pour homicide volontaire. Le soir du 2e tour de la présidentielle le 24 avril, ce fonctionnaire a tué deux hommes en voiture qui auraient tenté d'échapper à un contrôle de police sur le Pont-Neuf à Paris. Les syndicats de police plaident la légitime défense.  
 

Références

L'équipe

Eleonora Farade
Collaboration
Stanislas Vasak
Journaliste
Caroline Bennetot
Collaboration