Des centaines de migrants bloqués par les forces de sécurité polonaises au poste-frontière de Kuznica ce lundi 15 novembre 2021
Des centaines de migrants bloqués par les forces de sécurité polonaises au poste-frontière de Kuznica ce lundi 15 novembre 2021 ©AFP - VIKTOR TOLOCHKO / SPUTNIK
Des centaines de migrants bloqués par les forces de sécurité polonaises au poste-frontière de Kuznica ce lundi 15 novembre 2021 ©AFP - VIKTOR TOLOCHKO / SPUTNIK
Des centaines de migrants bloqués par les forces de sécurité polonaises au poste-frontière de Kuznica ce lundi 15 novembre 2021 ©AFP - VIKTOR TOLOCHKO / SPUTNIK
Publicité

Ces sanctions viseront les responsables et les entreprises qui acheminent des migrants aux frontières de l'UE. Sont visées des agences de voyage ou des compagnies aériennes. Bruxelles accuse Alexandre Loukachenko d'avoir sciemment provoqué un chaos migratoire à la frontière polonaise.

Avec
  • Florent Parmentier Secrétaire général du CEVIPOF/ Sciences Po, chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC.

Plusieurs centaines de migrants sont massés ce soir devant le poste-frontière polonais de Kuznica, côté Biélorussie. Au total, ce sont plus de 2000 exilés qui campent dans la zone frontalière, avec l'espoir de rejoindre l'Union européenne. Mais la Pologne ne les laissera pas passer, elle commencera en décembre la construction d'un mur le long de la frontière biélorusse. Et Varsovie peut compter sur le soutien de tous les Etats membres de l'UE.  A Bruxelles, les ministres des Affaires étrangères ont décidé de renforcer les sanctions contre le régime d'Alexandre Loukachenko. 

Angélique Bouin revient sur les nouvelles sanctions européennes contre la Biélorussie

59 sec

Invité de ce journal, Florent Parmentier, secrétaire général du CEVIPOF, le Centre de recherches politiques de Sciences Po, et cofondateur d'Eurasia Prospective, site de géopolitique. Alexandre Loukachenko assure vouloir rapatrier chez eux les migrants qui campent à la frontière polonaise. La semaine dernière, il menaçait de couper le gaz aux Européens. Pour Florent Parmentier, la tactique du président biélorusse consiste à souffler le chaud et le froid dans ses relations avec l'Union européenne. Mais Alexandre Loukachenko n'oublie jamais de rappeler qu'il bénéficie du soutien sans faille de la Russie de Vladimir Poutine.

Publicité

Florent Parmentier : "Alexandre Loukachenko sait comment gérer les rapports de force"

5 min

LES AUTRES TITRES DU JOURNAL

Le Royaume-Uni a échappé à un attentat de grande ampleur hier à Liverpool. Un taxi qui explose sur le parking d'un hôpital, seul le porteur de la bombe a été tué. Les autorités ont officiellement qualifié cette explosion d'incident terroriste. Quatre personnes ont été interpellées dans le quartier de Kensington à Liverpool.  Et ce soir, les Britanniques saluent le courage d'un homme, le chauffeur de taxi qui a permis d'éviter le pire en enfermant l'auteur de l'attentat dans son véhicule.

Face à la recrudescence des cas de Covid, de nombreux pays européens réintroduisent des restrictions sanitaires : reconfinement partiel aux Pays-Bas, retour du masque en Allemagne, ou menace de licenciement pour les non-vaccinés en Lettonie. Mais c'est sans doute l'Autriche qui a pris la mesure la plus radicale : si l'on n'est pas vacciné, il faut rester chez soi. Le taux de vaccination autrichien plafonne à 65% de la population. 

Il y a cinq ans, François Fillon créait la surprise en triomphant d'Alain Juppé dans la primaire de la droite. Quelques mois plus tard, l'affaire Fillon allait avoir raison de ses ambitions présidentielles, avec au cœur de l'enquête les soupçons d'emploi fictif de son épouse Penelope. L'ancien Premier ministre et sa femme sont de retour devant la justice cette semaine pour leur procès en appel. En première instance, François Fillon avait été condamné à deux ans de prison ferme et 10 ans d'inéligibilité. A l'ouverture de l'audience aujourd'hui, ses avocats ont demandé la nullité de l'instruction.