Le journaliste français Frédéric Leclerc-Imhoff lors d'un reportage pour BFMTV
Le journaliste français Frédéric Leclerc-Imhoff lors d'un reportage pour BFMTV ©AFP - HANDOUT / BFM TV / AFP
Le journaliste français Frédéric Leclerc-Imhoff lors d'un reportage pour BFMTV ©AFP - HANDOUT / BFM TV / AFP
Le journaliste français Frédéric Leclerc-Imhoff lors d'un reportage pour BFMTV ©AFP - HANDOUT / BFM TV / AFP
Publicité

Frédéric Leclerc-Imhoff couvrait un convoi humanitaire dans le Donbass pour BFMTV lorsqu'il a été pris dans un bombardement russe. Il avait 32 ans. A Paris, le parquet antiterroriste ouvre une enquête pour crime de guerre.

Avec
  • Christian Mouhanna Sociologue et directeur du Centre de recherche sociologique sur le droit et les institutions pénales (CESDIP)

Il s'appelait Frédéric Leclerc-Imhoff, il était JRI, journaliste reporter d'images pour BFM TV. Il est mort aujourd'hui en Ukraine, victime d'un éclat d'obus lors d'un reportage sur un convoi humanitaire dans la région de Lougansk. Frédéric Leclerc-Imhoff était à bord d'un bus qui transportait des civils évacués d'une zone de combat. En déplacement en Ukraine aujourd'hui, la ministre française des Affaires étrangères a dénoncé un "double crime" contre un convoi humanitaire et contre un journaliste. Pour Catherine Colonna, il est clair que Frédéric Leclerc-Imhoff a été tué par un bombardement russe. La ministre exige une enquête pour faire toute la lumière sur les circonstances de ce drame.
A Paris, le parquet national antiterroriste annonce ce soir l'ouverture d'une enquête pour crimes de guerre.

Alors que les Russes avancent dans le Donbass autour de Severodonetsk, l'Union européenne envisage de nouvelles sanctions contre Moscou. Les 27 sont réunis à Bruxelles pour discuter d'un embargo partiel sur le pétrole russe.
Un compromis avait été trouvé ce matin par les ambassadeurs des Etats membres. Compromis rapidement balayé par le Premier ministre hongrois Viktor Orban à son arrivée au sommet. Ce nouveau retard dans les sanctions européennes scandalise Volodymyr Zelensky. Le président ukrainien appelle les 27 à "arrêter leurs querelles". "L'Europe doit montrer sa force. Car la Russie ne comprend que l'argument de la force", a martelé Zelensky.

Publicité

Gérald Darmanin n'en démord pas. Les Britanniques sont largement responsables des incidents survenus samedi soir au Stade de France lors de la finale de la ligue des champions de football entre Liverpool et le Real Madrid. Selon le ministre français de l'Intérieur, entre 30 000 et 40 000 supporters anglais se sont retrouvés à Saint-Denis soit sans billet, soit avec des billets falsifiés. Gérald Darmanin pointe "une fraude massive, industrielle et organisée". Des accusations rejetées par les Britanniques comme nous l'explique notre correspondant au Royaume-Uni Richard Place.

La correspondance à Londres de Richard Place

1 min

Invité de ce journal, le sociologue Christian Mouhanna, chercheur au CNRS, spécialiste des forces de l'ordre. Pour Christian Mouhanna, la doctrine française du maintien de l'ordre doit évoluer pour privilégier la négociation. Le sociologue critique une approche policière qui privilégie la répression depuis les manifestations contre la loi travail en 2016.

Christian Mouhanna : "La police française a tendance à surréagir"

5 min

Des supporters de Liverpool bloqués devant les grilles du Stade de France le 28 mai 2022 à Saint-Denis
Des supporters de Liverpool bloqués devant les grilles du Stade de France le 28 mai 2022 à Saint-Denis
© AFP - THOMAS COEX

Les élections législatives ont déjà débuté pour les Français de l'étranger. Depuis vendredi, ils peuvent voter par internet dans les 11 circonscriptions réparties dans le monde entier. Voilà pour la théorie, car en pratique, ce vote en ligne est perturbé par un bug informatique. Les Français de l'étranger ont jusqu'à mercredi pour voter. Il reste donc deux jours pour trouver une solution.

L'équipe

Eleonora Farade
Collaboration
Stanislas Vasak
Journaliste
Caroline Bennetot
Collaboration