Hanau le 20 février : le président allemand Frank-Walter Steinmeier dépose une gerbe à la mémoire des victimes de la tuerie ©AFP - UWE ANSPACH / DPA / DPA PICTURE-ALLIANCE
Hanau le 20 février : le président allemand Frank-Walter Steinmeier dépose une gerbe à la mémoire des victimes de la tuerie ©AFP - UWE ANSPACH / DPA / DPA PICTURE-ALLIANCE
Hanau le 20 février : le président allemand Frank-Walter Steinmeier dépose une gerbe à la mémoire des victimes de la tuerie ©AFP - UWE ANSPACH / DPA / DPA PICTURE-ALLIANCE
Publicité
Résumé

Le racisme et la xénophobie ont tué neuf personnes hier soir à Hanau en Allemagne. Le tueur, Tobias R, est un adepte des thèses conspirationnistes, obsédé par le déclin de son pays. Il s'est suicidé après avoir tué sa mère.

avec :

Patrick Moreau (chercheur au CNRS (Laboratoire Dynamiques européennes de l’université de Strasbourg)).

En savoir plus

"Le racisme est un poison, la haine est un poison, et ce poison existe dans notre société", voilà les mots de la chancelière allemande Angela Merkel après l'attaque xénophobe de Hanau près de Francfort. Neuf personnes abattues hier soir dans deux bars à chicha de la ville, toutes d'origine étrangère. Le tueur est un Allemand de 43 ans, Tobias R. Après la fusillade, il a tué sa mère avec qui il vivait avant de se suicider. Ce soir, des milliers de personnes se sont rassemblées sur la place du marché de Hanau pour saluer la mémoire des victimes avec le président allemand Frank-Walter Steinmeier. Nous retrouverons notre envoyé spécial Ludovic Piedtenu.

Tobias R., le tueur de Hanau. Image extraite de la vidéo qu'il avait postée sur Youtube.
Tobias R., le tueur de Hanau. Image extraite de la vidéo qu'il avait postée sur Youtube.
© AFP - YOUTUBE ACCOUNT OF TOBIAS R.

Invité de ce journal, le politologue Patrick Moreau, chercheur au CNRS à Strasbourg, auteur du livre "L'Autre Allemagne. Le réveil de l'extrême droite". Nous verrons avec lui que le tueur a le profil d'un loup solitaire nourri aux thèses complotistes venues des Etats-Unis.

Publicité

Patrick Moreau : "Tobias R. est un conspirationniste"

8 min

LES AUTRES TITRES DU JOURNAL

Les dirigeants européens sont réunis ce soir à Bruxelles pour un sommet spécial. Il s'agit de se mettre d'accord sur le budget de l'UE pour les sept prochaines années, le premier budget post-Brexit, effectif depuis le 31 janvier. Le départ du Royaume-Uni a laissé un trou dans les caisses, et les Etats membres vont donc devoir faire des économies. La correspondance de Pierre Bénazet,

Avec l'enjeu de la politique agricole commune au sommet de Bruxelles, Emmanuel Macron a entamé aujourd'hui une séquence qui le conduira samedi à inaugurer le Salon de l'agriculture. Et pour bien montrer que le sujet est une priorité pour lui, le président a accordé un entretien à plusieurs titres de la presse quotidienne régionale. Le président passe en revue les sujets qui mobilisent aujourd'hui les agriculteurs, de l'agribashing au Brexit en passant par les pesticides ou la grande distribution. Les explications de Rosalie Lafarge.

La disparition de Jean Daniel. Le fondateur du Nouvel Observateur est mort la nuit dernière à l'âge de 99 ans. Emmanuel Macron salue "un monument du journalisme, de ces hommes qui font l'histoire à la seule force de la plume". Après avoir lancé le Nouvel Observateur en 1964, Jean Daniel est devenu une figure tutélaire de la gauche non communiste. Mais c'était d'abord un patron de presse qui savait s'entourer selon Franz-Olivier Giesbert. L'éditorialiste a fait ses début au Nouvel Obs. Nous l'écouterons.