Rome le 3 février 2021 : Mario Draghi, l'ancien président de la BCE, après un entretien avec le président italien Sergio Mattarella au Palais du Quirinal
Rome le 3 février 2021 : Mario Draghi, l'ancien président de la BCE, après un entretien avec le président italien Sergio Mattarella au Palais du Quirinal
Rome le 3 février 2021 : Mario Draghi, l'ancien président de la BCE, après un entretien avec le président italien Sergio Mattarella au Palais du Quirinal ©AFP - ALESSANDRA TARANTINO / POOL
Rome le 3 février 2021 : Mario Draghi, l'ancien président de la BCE, après un entretien avec le président italien Sergio Mattarella au Palais du Quirinal ©AFP - ALESSANDRA TARANTINO / POOL
Rome le 3 février 2021 : Mario Draghi, l'ancien président de la BCE, après un entretien avec le président italien Sergio Mattarella au Palais du Quirinal ©AFP - ALESSANDRA TARANTINO / POOL
Publicité
Résumé

Le Mouvement 5 Etoiles, principal parti au Parlement italien, apporte son soutien à Mario Draghi. L'ancien président de la Banque centrale européenne pourrait former dès demain le nouveau gouvernement. Pour obtenir ce ralliement, Mario Draghi a donné des gages sur sa politique environnementale.

avec :

Jean-Pierre Obin (Inspecteur général honoraire de l'Education nationale et fondateur de l'association 2D2E (Droit déontologie éthique en éducation)).

En savoir plus

L'horizon politique s'éclaircit en Italie. A 59,3%, les militants du Mouvement 5 étoiles se sont prononcés ce soir en faveur d'un gouvernement d'unité nationale. Un gouvernement dirigé par Mario Draghi, l'ancien patron de la Banque centrale européenne. Super Mario, comme on le surnomme en Italie, a réussi à rallier sur son nom les principaux partis politiques italiens, y compris la Ligue de Matteo Salvini.  Le soutien du Mouvement 5 étoiles était indispensable, car la formation antisystème représente un tiers des élus du parlement italien. Antonino Galofaro nous appelle de Rome.

Le ministre de la Santé Olivier Véran a fait un nouveau point ce soir sur la crise sanitaire en France. Une confirmation, le variant britannique du Sars-CoV-2 continue à se propager sur le territoire : il représente désormais près d'un quart des contaminations. Autre motif d'inquiétude, les variants brésiliens et sud-africains du virus circulent aussi en France métropolitaine, ils constituent environ 5% des cas positifs. Le département de la Moselle est particulièrement touché par ces variants sud-africains et brésiliens, avec 300 cas recensés depuis le début de la semaine. Les autorités sanitaires ne s'expliquent pas cette forte présence en Moselle. Olivier Véran se rendra sur place demain. Mais dès ce soir, le maire de Metz François Grosdidier estime nécessaire de reconfiner le département.

Publicité

C'est dans une atmosphère  électrique que les députés ont poursuivi aujourd'hui l'examen du projet de loi contre le séparatisme. Le texte veut lutter contre l'islamisme radical, notamment en protégeant la scolarité des enfants. Mais justement, l'article 21 sur l'instruction en famille suscite la polémique. Une simple déclaration pour pratiquer l'école à la maison ne suffira plus avec le texte, il faudra solliciter une autorisation. Les familles concernées rejettent cet article, et l'opposition a relayé leur colère aujourd'hui dans l'hémicycle. 

C'est aussi pour lutter contre le séparatisme que Jean-Michel Blanquer a confié une mission à l'ancien inspecteur de l'éducation nationale Jean-Pierre Obin. Le ministre de l'Education lui demande de faire des propositions sur la formation des enseignants à la laïcité. L'assassinat de Samuel Paty a tragiquement montré à quel point les phénomènes islamistes n'épargnaient plus l'école. Jean-Pierre Obin est l'invité de ce journal. Il vient d'écrire un livre sur ces atteintes à la laïcité en milieu scolaire, "Comment on a laissé l'islamisme pénétrer l'école", ouvrage paru l'an dernier aux éditions Hermann.

Jean-Pierre Obin : "Un enseignant sur deux déclare s'être déjà autocensuré dans sa carrière"

10 min

Le Premier ministre Jean Castex et le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer lors de l'hommage à Samuel Paty dans une école de Conflans-Sainte-Honorine le 2 novembre 2020
Le Premier ministre Jean Castex et le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer lors de l'hommage à Samuel Paty dans une école de Conflans-Sainte-Honorine le 2 novembre 2020
© AFP - THOMAS COEX / POOL