Giuseppe Conte, le nouveau président du conseil italien, à son arrivée au sommet de Bruxelles
Giuseppe Conte, le nouveau président du conseil italien, à son arrivée au sommet de Bruxelles ©AFP - ALBERTO PEZZALI / NURPHOTO
Giuseppe Conte, le nouveau président du conseil italien, à son arrivée au sommet de Bruxelles ©AFP - ALBERTO PEZZALI / NURPHOTO
Giuseppe Conte, le nouveau président du conseil italien, à son arrivée au sommet de Bruxelles ©AFP - ALBERTO PEZZALI / NURPHOTO
Publicité

Le gouvernement populiste italien réclame à ses partenaires européens une plus grande solidarité dans la gestion des flux migratoires. Faute de quoi Rome pourrait bloquer l'adoption de conclusions communes qui nécessitent l'unanimité des 28 Etats membres.

Avec
  • Eric Dor économiste, directeur des études économiques de l'IESEG School of Management

L'Italie ne veut plus être en première ligne dans la gestion des arrivées de migrants. Dans ce journal, les explications de Quentin Dickinson, notre correspondant à Bruxelles. 

Demain, les 28 examineront la réforme de la zone euro, et notamment la proposition franco-allemande d'un budget de la zone euro. Cette mutualisation budgétaire est loin de faire l'unanimité. Nous en parlerons avec notre invité, l'économiste Eric Dor.  

Publicité
SÉBASTIEN CASTERAN, JEAN MICHEL CORNU
SÉBASTIEN CASTERAN, JEAN MICHEL CORNU
© AFP

Pour Eric Dor, la zone euro souffre de "l'absence de fédéralisme budgétaire"

4 min

Fusillade mortelle dans les locaux d'un journal américain à Annapolis dans le Maryland. Il y aurait au moins cinq morts et le tireur aurait été interpellé. Nous ferons le point avec Grégory Philipps à Washington.  

Emmanuel Macron favorable à la limitation du droit du sol à Mayotte. De nombreuses femmes comorienens viennent accoucher dans le département français de l'Océan indien pour donner la nationalité française à leur enfant. Nous verrons cela avec Louise Bodet.  

Dans ce journal également, la mise en examen du cimentier Lafarge, soupçonné d'avoir versé près de 13 millions d'euros, notamment à l'Etat islamique, pour maintenir l'activité de son usine en Syrie. Un dossier suivi par Florence Sturm.

L'équipe