Le lancement de l'appel de Christchurch pour lutter contre les contenus violents en ligne

Le président français Emmanuel Macron et la Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern.
Le président français Emmanuel Macron et la Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern. ©Maxppp - Yoan VALAT
Le président français Emmanuel Macron et la Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern. ©Maxppp - Yoan VALAT
Le président français Emmanuel Macron et la Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern. ©Maxppp - Yoan VALAT
Publicité

Deux mois après les attentats de Christchurch en Nouvelle Zélande, un texte a été présenté à Paris, ce mercredi. Il a vocation à lutter contre les contenus terroristes et violents sur les réseaux sociaux : "L'appel de Christchurch" a été signé par 26 chefs d'Etats et les géants d'internet.

Avec
  • François Durpaire Historien, spécialisé dans les questions d'éducation et de diversité culturelle aux États-Unis et en France

Comment éviter la violence sur les réseaux sociaux ? Comment éviter qu'un terroriste ne diffuse 17 minutes de son massacre en direct sur Facebook, comme cela est arrivé à Christchurch en Nouvelle-Zélande il y a deux mois ? 26 chefs d'Etats et des géants de l'Internet comme Google et Facebook signent "l'appel de Christchurch" à Paris ce mercredi. Mais ces bonnes intentions seront-elles réellement efficace face aux millions d'utilisateurs ? C'est la question.

LES AUTRES TITRES DU JOURNAL

Les Etats-Unis craignent des attaques dans le Golfe persique, à tel point qu'ils ont décidé de retirer certains de leurs employés de leur ambassade de Bagdad. 

Publicité

Direction l'Alabama, pour parler avortement, avec notre invité François Durpaire, historien et spécialiste des Etats-Unis : dans cet Etat, les Sénateurs viennent de voter une loi qui interdit quasiment toute Interruption volontaire de grossesse. 

François Durpaire, historien et spécialiste des Etats-Unis, analyse le projet de loi anti-IVG de l'Alabama.

5 min

Puis retour en France : attention à la facture d'électricité, avec une nouvelle hausse des tarifs, de près de 6%. Ce sera pour le mois de juin.

L'équipe