Le président de l'Assemblée Richard Ferrand hier mardi 10  septembre lors d'une séance au Palais Bourbon
Le président de l'Assemblée Richard Ferrand hier mardi 10 septembre lors d'une séance au Palais Bourbon
Le président de l'Assemblée Richard Ferrand hier mardi 10  septembre lors d'une séance au Palais Bourbon ©AFP - ERIC FEFERBERG
Le président de l'Assemblée Richard Ferrand hier mardi 10 septembre lors d'une séance au Palais Bourbon ©AFP - ERIC FEFERBERG
Le président de l'Assemblée Richard Ferrand hier mardi 10 septembre lors d'une séance au Palais Bourbon ©AFP - ERIC FEFERBERG
Publicité
Résumé

Richard Ferrand est dans le bureau des juges d'instruction à Lille ce soir. Le président de l'Assemblée nationale doit s'expliquer sur l'affaire des Mutuelles de Bretagne.

avec :

François Jolivet (député LREM de l’Indre. Membre de la commission des finances et rapporteur spécial des crédits du logement et de l’hébergement à l'Assemblée Nationale).

En savoir plus

Depuis dix heures ce matin, Richard Ferrand est au palais de justice de Lille. Le président de l'Assemblée nationale répond à une convocation des juges chargée de l'enquête sur l'affaire des Mutuelles de Bretagne.  En 2011, l'organisme alors dirigé par Richard Ferrand avait loué des locaux commerciaux appartenant à sa compagne. Le parquet de Brest avait classé l'affaire en 2017, estimant notamment qu'il y avait prescription pour un éventuel délit de prise illégale d'intérêt. Mais l'association Anticor avait relancé la machine judiciaire en déposant plainte avec constitution de partie civile. Le dossier a été dépaysé à Lille, où trois juges sont chargés de l'instruire. Nous ferons le point avec Charlotte Piret. 

Les principales dates de la carrière politique de Richard Ferrand
Les principales dates de la carrière politique de Richard Ferrand
© Visactu

LES AUTRES TITRES DU JOURNAL

Publicité

Le gouvernement français se prépare à un Brexit sans accord le 31 octobre prochain. Les ambassadeurs de l'Union européenne étaient convoqués au Quai d'Orsay aujourd'hui. Le reportage de Louise Bodet.  

Mobilisation en forte baisse pour les indépendantistes catalans aujourd'hui à Barcelone. 600 000 personnes ont participé à la "Diada", la "fête nationale" catalane. Elles étaient un million l'an dernier. Elise Delève était dans le cortège.  

"Touche pas à mon maire !", c'est le titre de l'appel lancé lundi par 85 parlementaires de la majorité LREM-MoDeM. Des élus excédés par la violence qui frappe les maires de France. Une violence qui selon eux a atteint cet été un niveau insupportable avec la mort du maire de Signes dans le Var, renversé par un individu qui déchargeait illégalement des gravats.  Invité de ce journal, François Jolivet, député La République en Marche de l'Indre, à l'origine de la tribune "Touche pas à mon maire !" avec sa collègue de l'Aisne Aude Bono-Vandorme.

Le texte de l'appel lancé par 85 parlementaires de la majorité
Le texte de l'appel lancé par 85 parlementaires de la majorité

Violences contre les maires : François Jolivet dénonce une situation "insupportable"

5 min

À lire : La recrudescence des agressions contre les élus : reflet d'une époque ?