Le Premier ministre Edouard Philippe reçoit le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez ce mercredi.
Le Premier ministre Edouard Philippe reçoit le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez ce mercredi.
Le Premier ministre Edouard Philippe reçoit le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez ce mercredi. ©Maxppp - EPA / Thomas Samson / POOL
Le Premier ministre Edouard Philippe reçoit le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez ce mercredi. ©Maxppp - EPA / Thomas Samson / POOL
Le Premier ministre Edouard Philippe reçoit le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez ce mercredi. ©Maxppp - EPA / Thomas Samson / POOL
Publicité
Résumé

Ils se sont succédé cet après midi dans le bureau d'Edouard Philippe, accompagné de son nouveau "Monsieur retraites" Laurent Pietraszewski.

avec :

Didier Mathis (secrétaire général du syndicat UNSA ferroviaire).

En savoir plus

Les syndicats se sont tous rendu à Matignon cet après-midi pour des rendez vous "en tête à tête" avec le Premier ministre. Le gouvernement rouvre le dialogue mais donne peu d'espoir de faire bouger l'age pivot, "ligne rouge" des syndicats.

Les autres titres de l'actualité 

Le "cas" Delevoye désormais en justice. La Haute Autorité pour le Transparence dans la Vie Publique (HATVP) a estimé que ses trop nombreuses omissions montraient une volonté de dissimulation. Ce sera ensuite au procureur de la République de décider de l'opportunité ou non de poursuites.

Publicité

Patrick et Isabelle Balkany ne se représenteront pas à la mairie de Levallois-Perret. Le couple attend la décision de la Cour d'appel après des réquisitions plus lourdes encore qu'en première instance dans leur dossier de fraude fiscale.

La maîtrise de Notre-Dame en crise après l'incendie. Leur budget a été très amoindri, cinq postes ont été supprimés. Les choristes annulent leur concert de Noël.

Aux Etats Unis, la Chambre des représentants s'apprête à voter la mise en accusation  de Donald Trump pour abus de pouvoir, dans le cadre d'une procédure qui devise autant les politiques que les citoyens. Le président américain, lui, se pose en victime d'une chasse aux sorcières de la gauche radicale.