L'hôtel Mandalay Bay à Las Vegas où était retranché le tueur. On aperçoit les deux fenêtres brisées du 32e étage par lesquelles Stephen Paddock a tiré sur le public du concert de country
L'hôtel Mandalay Bay à Las Vegas où était retranché le tueur. On aperçoit les deux fenêtres brisées du 32e étage par lesquelles Stephen Paddock a tiré sur le public du concert de country
L'hôtel Mandalay Bay à Las Vegas où était retranché le tueur. On aperçoit les deux fenêtres brisées du 32e étage par lesquelles Stephen Paddock a tiré sur le public du concert de country ©AFP - MARK RALSTON / AFP
L'hôtel Mandalay Bay à Las Vegas où était retranché le tueur. On aperçoit les deux fenêtres brisées du 32e étage par lesquelles Stephen Paddock a tiré sur le public du concert de country ©AFP - MARK RALSTON / AFP
L'hôtel Mandalay Bay à Las Vegas où était retranché le tueur. On aperçoit les deux fenêtres brisées du 32e étage par lesquelles Stephen Paddock a tiré sur le public du concert de country ©AFP - MARK RALSTON / AFP
Publicité
Résumé

Daech revendique la tuerie de Las Vegas qui a fait 58 morts et 515 blessés selon le dernier bilan. Le tueur, un comptable à la retraite de 64 ans, se serait converti à l'islam selon le groupe jihadiste. Mais ni le FBI ni Donald Trump ne confirment la piste islamiste. Les précisions de Marco Wolter.

avec :

Georges Fenech (Ancien député Les Républicains du Rhone, ancien président de la Miviludes de 2008 à 2012).

En savoir plus

A Marseille, l'islamiste qui a tué deux jeunes filles hier devant la Gare Saint-Charles était en situation irrégulière en France. Mais ce ressortissant tunisien n'a jamais été expulsé malgré plusieurs arrestations. La semaine dernière encore, il avait été interpellé à Lyon pour un vol à l'étalage, puis relâché. Nous en parlerons avec notre invité, l'ex-député Les Républicains Georges Fenech, ancien juge d'instruction. Georges Fenech a aussi présidé la commission d'enquête parlementaire sur les attentats de 2015.

Pour Georges Fenech, il n'est pas acceptable qu'un clandestin ne soit pas placé en rétention

6 min

En Catalogne, les indépendantistes demandent une médiation internationale pour sortir de l'impasse après le référendum. Le oui l'a emporté à plus de 90%, mais seuls 42% des électeurs inscrits ont voté. La consultation a été marquée par les violentes charges de la police espagnole. Madrid refuse toujours de reconnaître le résultat. Le reportage de Géraldine Hallot, envoyée spéciale à Barcelone.

Publicité
Références

L'équipe

Stanislas Vasak
Journaliste