Marie Ekeland, présidente du Conseil national du numérique, a démissionné le 19 décembre 2017 (photo d'archives).
Marie Ekeland, présidente du Conseil national du numérique, a démissionné le 19 décembre 2017 (photo d'archives). ©AFP - KENA BETANCUR
Marie Ekeland, présidente du Conseil national du numérique, a démissionné le 19 décembre 2017 (photo d'archives). ©AFP - KENA BETANCUR
Marie Ekeland, présidente du Conseil national du numérique, a démissionné le 19 décembre 2017 (photo d'archives). ©AFP - KENA BETANCUR
Publicité

Politique et numérique : un mariage impossible ? La présidente du Conseil national du numérique, suivie de tous ses membres (ou presque), a démissionné ce mardi, en pleine guerre ouverte avec le gouvernement.

Avec
  • Valérie Peugeot Chercheuse au sein du laboratoire de sciences sociales et humaines d'Orange Labs, présidente de l’association Vecam, think-tank citoyen qui déchiffre les enjeux sociétaux liés au numérique et membre du collège des commissaires de la CNIL.

La pagaille la plus complète au sein du Conseil national du numérique. Démission de sa présidente et de presque tous ses membres... L'invitée de ce journal : Valérie Peugeot, ancienne vice-présidente de cet organisme et chercheuse à l'Orange Labs :

Commissaire à la CNIL et ancienne vice-présidente du CNnum, Valérie Peugeot déplore la crise qui secoue le Conseil national du numérique

5 min

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Les autres titres du journal 

Le siège du Parti socialiste rue de Solférino à Paris entre les mains d'un promoteur immobilier. L'information est tombée ce mardi soir. Prix de vente : plus de 45 millions d'euros. Les socialistes doivent quitter les lieux fin septembre 2018. Les précisions de Julie Marie-Leconte.

Publicité

Et puis échange de petites phrases entre Emmanuel Macron et Bachar al-Assad. Le président français juge "inacceptables" les propos de son homologue syrien à l'égard de la France. Bachar al-Assad accuse Paris de soutenir le terrorisme. Décryptage dans ce journal avec Claude Guibal.

 Journal présenté par Clément Lacaton.

L'équipe