Manuel Valls et Benoît Hamon sur le perron du siège du PS rue de Solférino à Paris, au soir de la primaire le 29 janvier dernier
Manuel Valls et Benoît Hamon sur le perron du siège du PS rue de Solférino à Paris, au soir de la primaire le 29 janvier dernier
Manuel Valls et Benoît Hamon sur le perron du siège du PS rue de Solférino à Paris, au soir de la primaire le 29 janvier dernier ©AFP - GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
Manuel Valls et Benoît Hamon sur le perron du siège du PS rue de Solférino à Paris, au soir de la primaire le 29 janvier dernier ©AFP - GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
Manuel Valls et Benoît Hamon sur le perron du siège du PS rue de Solférino à Paris, au soir de la primaire le 29 janvier dernier ©AFP - GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
Publicité
Résumé

Manuel Valls votera Emmanuel Macron le 23 avril, malgré son engagement de soutenir le vainqueur de la primaire socialiste, Benoît Hamon. Le PS semble se diriger vers la scission. D'un côté, les partisans de la social-démocratie, de l'autre, ceux qui rejettent le libéralisme

avec :

Gérard Grunberg.

En savoir plus

Invité de ce journal, le politologue Gérard Grunberg, auteur de plusieurs ouvrages sur la gauche.

Pour Gérard Grunberg, la scission du PS a déjà commencé

6 min

Le Brexit est lancé: les Britanniques ont officiellement signifié à Bruxelles leur volonté de quitter l'Union européenne. Leur première ministre, Theresa May, parle d'une sortie sans retour. Les explications d'Antoine Giniaux à Londres et de Joana Hostein à Bruxelles.

Publicité

Polémique au Medef après la signature d'un accord sur l'assurance-chômage. Certains patrons rejettent les concessions faites aux syndicats. Nous verrons cela avec Sarah Lemoine.

Références

L'équipe

Stanislas Vasak
Journaliste